Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier

Statistiques
Nous avons 494 membres enregistrésL'utilisateur enregistré le plus récent est Louis_cureNos membres ont posté un total de 10928 messagesdans 6505 sujets

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Yoan
Admin
Admin
Messages : 9542

[Zoonaute archives] Une nouvelle qualité de vie pour les éléphants du Zoo de Zurich (Episode 2)

le Jeu 05 Juin 2014, 18:53
Deuxième partie sur la nouvelle installation des [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] du Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Le parc d’éléphants Kaeng Krachan marque le début d’une nouvelle ère dans l’élevage des éléphants au Zoo de Zurich. Les pachydermes y profitent d’un plus grand espace, d’une vie familiale plus riche, de plus de liberté de mouvement et de tous les plaisirs de l’eau.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Kaeng Krachan Elefantenpark © Zoo Zürich, Jean-Luc Grossmann

Le nouveau parc d’éléphants Kaeng Krachan marque un jalon dans l’élevage des éléphants au zoo de Zurich : jamais encore ces animaux grand format n’avaient encore eu autant de place, de stimulations à bouger de long en large et de possibilités de cohabiter naturellement. A l’intérieur comme à l’extérieur, le parc paysagé met à leur disposition des terrains naturels, de nombreux points pour s’alimenter, des lieux de baignade, des arbres contre lesquels se frotter et des espaces propices à l’activité physique.

La vie en famille
Le parc d’éléphants offre de nombreuses nouveautés à ses pensionnaires. D’une part, il a été conçu pour permettre aux animaux une activité physique intense et variée; la recherche de nourriture y est un peu plus compliquée et plus diversifiée, le territoire plus vaste. D’autre part, il favorise un mode de vie familial naturel au sein d’un « groupe matrilinéaire », composé d’un troupeau de mères, de leurs filles et des petits. Les mâles aussi profitent d’un espace plus grand. Leur écurie est située à l’abri des regards des visiteurs. Modulable, elle permet de laisser les mâles rendre visite aux femelles à l’intérieur du pavillon.

Les joies de la baignade, dehors comme dedans
L’eau joue un rôle central dans le nouveau parc d’éléphants Kaeng Krachan: à l’intérieur comme àl’extérieur, les animaux disposent de plusieurs points d’eau, parfois si profonds qu’ils peuvent s’y immerger. Les éléphants ont aussi une douche qu’ils peuvent actionner eux-mêmes. A l’intérieur, grâce à une vitre, les visiteurs peuvent voir les animaux se baigner et même s’immerger dans l’eau.

L’eau est un élément important dans la vie des éléphants. Ils en ont besoin pour réguler la température de leur corps et pour la bonne santé de leur peau. Et bien entendu aussi pour se désaltérer : il faut savoir que les éléphants peuvent boire jusqu’à 200 litres d’eau par jour.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Kaeng Krachan Elefantenpark © Zoo Zürich, Jean-Luc Grossmann

Le parc d’éléphants accueille aussi d’autres animaux
A l’extérieur du pavillon, le Zoo essaie de faire cohabiter éléphants et antilopes cervicapres. A l’intérieur, des aménagements et des terrariums abritent des petits kanchils de Java (ou chevrotain malais), des étourneaux de Rothschild, des roulrouls couronnés, des tortues de l’espèce Geoemyda spengleri, des scorpions empereurs, des mygales de Leblond, des grillons cavernicoles et des souris domestiques. On peut aussi y rencontrer des poules.

Contact protégé : une nouvelle ère dans les soins
Dans le nouveau parc d’éléphants, la gestion des animaux change radicalement. Le contact direct (« hands-on »), qui était jusqu’à présent la règle pour s’occuper des éléphants, à l’exception des mâles, est abandonné au profit du contact protégé (« protected contact »). Ce qui signifie que les soigneurs ne se tiennent plus dans le même espace que les pachydermes : une barrière les en sépare. Les humains tout comme les animaux ont dû apprendre et s’exercer aux bases et techniques d’entraînement de cette nouvelle méthode.

Avec le contact protégé, le soigneur se retire de la structure hiérarchique du groupe d’éléphants. Il n’a plus d’accès direct à l’animal. La collaboration repose sur le bon vouloir des animaux – le soigneur ne peut plus par exemple inspecter à sa guise chaque partie du corps de l’éléphant ou intervenir directement lors de conflits entre deux animaux. De ce fait, les éléphants développent plus librement leur structure sociale et les soigneurs y gagnent en sécurité.

Mais comment amène-t-on un éléphant à se rendre « volontairement » à un certain endroit ? Le Protected Contact Training recourt au « conditionnement opérant », c’est-à-dire que l’on influence un comportement montré en réagissant à ce comportement. Il s’agit essentiellement de renforcer un comportement souhaité par une réaction positive. On appelle cela le « renforcement positif ». En revanche, le comportement non souhaité est ignoré. Il est important que l’animal apprécie l’entraînement, sinon il ne participera pas.

Les éléments de l’entraînement au renforcement positif sont : un commandement ou une demande, une réaction de l’animal, un « pont » qui marque le comportement souhaité, comme un clic ou un coup de sifflet, et un renforçateur (récompense). Le pont marque, dans une qualité neutre et constante, le moment précis où le comportement souhaité est réalisé correctement. Lors de cette formation, on utilise souvent un bâton appelé « target » qui sert d’indicateur. Il aide l’animal à mieux comprendre ce que l’on attend de lui. L’animal commence par apprendre à le toucher avec différentes parties de son corps ou à le suivre. Ensuite, le bâton peut, par exemple, servir à amener l’animal dans une certaine position.

Une longue tradition dans l’élevage des éléphants
Les éléphants d’Asie font partie des animaux présentés par le zoo de Zurich depuis sa fondation en 1929. Au début, ils étaient logés dans le bâtiment principal. Le nouveau pavillon des éléphants, tant attendu, a été inauguré en 1971, mais sans stalle pour le mâle. Cet aménagement fut réalisé dix ans plus tard. Celui-ci se composait alors de deux stalles modulables et d’un enclos extérieur séparé. Des portails électriques assuraient la sécurité des soigneurs qui, déjà à cette époque, n’entraient pas en contact direct avec le mâle. Le zoo de Zurich fut l’un des premiers à être équipé pour le «contact protégé» avec les éléphants mâles.

La présence d’un mâle a permis au zoo de Zurich de se lancer avec succès dans l’élevage. En 1984, CEYLA-HIMALI a donné naissance à KOMALI, le premier éléphanteau à voir le jour au zoo de Zurich. Elle a eu d’autres petits par la suite : PANANG (1989), UPALI (1994), XIAN (1997), AISHU (2000) et FARHA (2005). INDI a pour sa part donné naissance à CHANDRA en 2002 et à FAHIM en 2005. Le groupe s’est agrandi avec LOHIMI (1985) et BOY (1992), les deux éléphanteaux de CLAUDIA, la femelle du cirque Knie, saillie au zoo de Zurich.

Les naissances au zoo de Zurich ont permis de recréer un groupe social toujours plus proche de ce que l’on trouve dans la nature. Les deux derniers éléphants sont nés sans aucun accompagnement humain au sein du groupe. Mais l’élevage, par son succès et malgré l’agrandissement des écuries, a précarisé l’espace mis à la disposition des éléphants. D’où la nécessité de construire un nouveau parc, désormais achevé.

Les éléphants du zoo de Zurich
Actuellement, six éléphants vivent au zoo de Zurich. Deux les rejoindront d’ici peu: INDI attend un troisième petit et un deuxième mâle va emménager aux côtés de MAXI.

MAXI (m) : Né en 1969/70 en Thaïlande. Au zoo de Zurich depuis le 15.9.1981. Poids 5450 kg. Onze fois père, plusieurs fois grand-père.
Ce mâle a commencé sa carrière européenne en Angleterre, au Dudley Zoo, où Mary Chipperfield l’a racheté pour son cirque. Il s’y est montré bon élève, apprenant très vite. D’ailleurs, il se souvient encore de tours appris à cette époque. Il a ensuite été transféré au Longleat Safari Park dont la famille Chipperfield était propriétaire. De là, il est finalement arrivé à Zurich. Très impressionnant avec ses grandes défenses, MAXI est un bon reproducteur et compte déjà des petits-enfants au Japon et en Angleterre.

DRUK (f) : Née vers avril 1967 au Bhoutan. Au zoo de Zurich depuis le 24.6.1968. Poids 3970 kg.
C'est la femelle dominante du troupeau. Pour des raisons médicales, elle ne peut pas avoir de petits. Mais dans sa fonction de « tante », elle joue un rôle important dans l’éducation des jeunes éléphants. C’est elle déjà qui a materné CEYLA-HIMALI quand elle est arrivée à Zurich alors âgée d’à peine un an.

CEYLA-HIMALI (f) : Née vers juillet 1975 au Sri Lanka. Au zoo de Zurich depuis le 24.3.1976. Poids 3880 kg. Six fois mère, elle est un peu rondouillette et ses pattes plutôt courtes renforcent cette impression.

INDI (f) : Née le 28.2.1986 en Birmanie. Au zoo de Zurich depuis le 8.10.1999. Poids 3570 kg. Deux fois mère, attend son troisième petit.
Difficile pour INDI, deuxième dans la hiérarchie du groupe après DRUK, de dissimuler son passé d’éléphant de cirque: elle est agile et maline. Elle a un sens marqué de la famille et attend actuellement son troisième petit de MAXI.

CHANDRA (f) :Née le 13.5.2002. Au zoo de Zurich depuis sa naissance. Poids 2700 kg. Parents: MAXI et INDI.
CHANDRA, la première fille d’INDI, aime tester les limites. Elle est très habile et sait très bien se servir de bâtons comme outils.

FARHA (f) : Née le 3.5.2005. Au zoo de Zurich depuis sa naissance. Poids 2580 kg. Parents: MAXI et CEYLA-HIMALI.
FARHA, très différente de sa mère, se montre quant à elle plutôt casse-cou.

Le groupe d’éléphants du zoo de Zurich fait partie du Programme Européen d’Elevage EEP.

_________________
"Si les abeilles disparaissaient, l'homme n'aurait plus que quatre années à vivre"; Albert Einstein

« Le but d'un zoo est de ne pas tenir des animaux, mais d'assurer le futur des espèces »
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum