Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier

Statistiques
Nous avons 630 membres enregistrésL'utilisateur enregistré le plus récent est Fred59Nos membres ont posté un total de 10322 messagesdans 6093 sujets

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Yoan
Admin
Admin
Messages : 9020

[Info Zoonaute] Quel avenir sans biodiversité ?

le Mar 28 Oct 2014, 19:16
Fort d’une cinquantaine de scientifiques internationaux de renommée mondiale, le Groupe de Travail sur les Pesticides Systémiques (TFSP) s’est réuni du 20 au 23 octobre à Ostheim, en France, pour son huitième séminaire dont la LPO est partenaire.


© LPO

Le TFSP s’est donné pour but de réaliser en toute indépendance une étude statistique de l’ensemble des articles scientifiques (environ 800) traitant des effets sur les espèces non cibles et les écosystèmes, résultant de l’emploi massif des insecticides systémiques (les néonicotinoïdes et le fipronil).

Les naturalistes du siècle dernier étaient unanimes : rien ne pourrait jamais exterminer ni les insectes, ni les invertébrés…. Et bien malheureusement l’usage des insecticides systémiques est en passe d’y parvenir !

Deux grandes crises en témoignent : la première, après la Seconde Guerre mondiale, a failli faire disparaître la plupart des prédateurs en affectant leur reproduction. On se souvient du combat émérite de Rachel Carson contre les organochlorés (dont le DDT).

La seconde grande crise, plus récente, est passée quasiment inaperçue (à l’exception des scientifiques et des apiculteurs). Pourtant, le travail d’analyse des chercheurs est sans appel : les pesticides systémiques sont partout : dans les plantes (y compris sauvages), l’air, l’eau, le sol et leur concentration constitue un risque avéré pour l’environnement, affectant ainsi une catégorie animale trop souvent ignorée: les invertébrés tels que les insectes, les annélides, les crustacés.

Or, nous dépendons entièrement des « services écosystémiques » qu’ils nous rendent gracieusement : décomposition de la matière organique morte, hygiénisation des sols et de l’eau, élaboration constante des sols et leur perméabilisation, pollinisation, lutte biologique …

La LPO rappelle que la disparition des oiseaux est une conséquence inhérente de la perte des invertébrés dont ils dépendent. Elle souhaite également rendre hommage et se joindre à tous ces chercheurs qui mettent au service de la connaissance leurs compétences et entendent partager cette connaissance avec le grand public.

Allain Bougrain Dubourg

_________________
"Si les abeilles disparaissaient, l'homme n'aurait plus que quatre années à vivre"; Albert Einstein

« Le but d'un zoo est de ne pas tenir des animaux, mais d'assurer le futur des espèces »
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum