Forum Zoonaute

Bienvenue sur le forum de l'Association Zoonaute !
Forum Zoonaute

Forum de l'Association Zoonaute pour les passionnés des parcs animaliers

Pour avoir accès à la totalité du forum, il suffit de vous inscrire et de poster un message!

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 36 le Mer 14 Aoû 2013, 15:24

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 10153 messages dans 6001 sujets

Nous avons 621 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est Dcover


[Info Zoonaute] Grandeur Nature : la forêt engloutie sur France 2

Partagez
avatar
Yoan
Admin
Admin

Messages : 8876

[Info Zoonaute] Grandeur Nature : la forêt engloutie sur France 2

Message par Yoan le Mar 15 Mar 2016, 17:53

Dimanche 27 mars 2016 à 16h25

Documentaire inédit de 52 minutes
Réalisé par Frédéric Lepage et Jean-Marie Cornuel
Musique originale de Carolin Petit
Production FL Concepts
Avec la participation de National Geographic et de France Televisions
Unité de programmes documentaire Fabrice Puchault et Caroline Glorion

Alors que les eaux de l’Amazone et de ses affluents sont au plus bas, un déluge s’abat sur la forêt, avec une violence inouïe… En quelques mois, elle sera noyée sous presque trente mètres d’eau… Ce sera comme si une inondation avait recouvert un immeuble de dix étages. Seule la cime de quelques arbres émergera encore.

Les habitants de la forêt doivent se battre pour survivre. Les plus jeunes d’entre eux affrontent le cataclysme pour la première fois de leur vie… Le paresseux si vulnérable… L’opossum, seul marsupial en dehors de l’Océanie… La harpie féroce, l’un des plus grands aigles du monde… Le tatou timide et solitaire… Le saïmiri, véritable acrobate de la canopée…

Et tant d’autres, qui évoluent dans un paysage scintillant et transfiguré, jamais filmé de cette manière auparavant.

Certains animaux se réfugient à la cime des arbres, d’autres partent en quête des dernières terres fermes, d’autres encore se retrouvent bloqués par la montée des eaux. Alors que l’habitat des animaux terrestres se rétrécit, celui des poissons ou des dauphins roses s’étend à l’infini… Tous vont devoir apprendre à vivre dans une forêt engloutie…

Ce film raconte leur histoire. Une histoire de compétition et de dangers, d’angoisse et de courage. Une histoire qui inspirera chaque spectateur et le marquera pour longtemps…


Dauphins roses © FL Concepts

Le déluge n'est pas un mythe

Le déluge n’est pas un mythe au Brésil. A certains endroits de la plus grande forêt du monde, les fleuves, leurs berges et leurs îles disparaissent. Le Rio negro s’étend largement au-delà des 4 km de large de son lit ordinaire. La plaine garde l’eau qui ne peut pas s’écouler. Les falaises creusées par le courant s’effondrent et le paysage s’agrandit.

Plus de 20 mètres de pluie s’accumulent d’octobre à mai, sans pouvoir s’écouler. Les têtes des arbres les plus hauts émergent, seuls rappels d’une forêt disparue. Le film montre comment des univers s’installent avant d’être noyés à leur tour. D’une ondée à l’autre, sont perdues des îles qui ont offert un précieux refuge à beaucoup d’espèces.

Le bonheur des uns, les poissons bien sûr, fait le malheur des autres, comme beaucoup d’insectes. Les groupes de singes grimpent facilement, mais les tatous, les opossums, les paresseux, les serpents ont bien du mal à quitter la terre ferme. Le paresseux conduit la caméra dans sa quête désespérée de nourriture et de sécurité. Le dauphin rose s’est bien adapté. Il a même renoncé à la vue au profit d’autres perceptions dans cet océan de boue. Les proies de la harpie féroce sont fatiguées et ne peuvent plus se cacher ni à ses yeux ni à ceux du spectateur. Sans repos, sans leur nourriture habituelle, les plus faibles offrent bombance aux plus forts.

Un très long tournage, extrêmement éprouvant, dans un qui-vive permanent a été nécessaire. L’équipe n’a pas subi d’accident ou de blessure, mais chacun a partagé sa vie avec des foules de fourmis de feu et autres petits prédateurs. Toutes les précautions nécessaires à la survie sous les Tropiques ont été observées. Certains animaux ont-ils été sensibles à l’attention qu’on leur portait ? Chance ou complicité, quelques unes de ces bêtes qu’on dit sauvages ont aimé la caméra.

Une musique originale a été composée par Carolin Petit pour La Forêt engloutie. Le compositeur a dû se confronter à un cahier des charges complexe et inhabituel : créer un univers musical étrange mais pas rebutant, habiller de lumières sonores les sombres profondeurs des fleuves, faire naître de la magie plutôt que de l’angoisse. La musique participe ainsi à la narration, et trace un chemin pour faire entrer le spectateur dans la forêt, tout en préservant les sons de la nature.

Des scientifiques reconnus dont l’expertise s’étend à tous les biotopes sont venus participer au tournage. Ils ont découvert des comportements inattendus, adaptés à l’univers liquide. Bien que ces milliers d’hectares se couvrent d’eau chaque année, des découvertes surprenantes ont été rendues possibles par ce tournage. La compétence de ces experts éclaire un film qui respecte les animaux sauvages.


_________________
"Si les abeilles disparaissaient, l'homme n'aurait plus que quatre années à vivre"; Albert Einstein

« Le but d'un zoo est de ne pas tenir des animaux, mais d'assurer le futur des espèces »

    La date/heure actuelle est Mer 28 Juin 2017, 07:25