Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier

Statistiques
Nous avons 628 membres enregistrésL'utilisateur enregistré le plus récent est BOUCHER anne marieNos membres ont posté un total de 10735 messagesdans 6365 sujets

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Yoan
Admin
Admin
Messages : 9359

[Info Zoonaute] Le Muséum national d’Histoire naturelle recense 182 498 espèces en France sur l’année 2016, soit près de 10 % de la biodiversité mondiale connue

le Ven 04 Nov 2016, 16:50
Chaque année, le Muséum national d'Histoire naturelle publie la liste des espèces décrites et recensées sur l’ensemble du territoire national : le référentiel taxonomique national ou TAXREF.

182 498 espèces de faune et de flore, terrestres et marines, ont ainsi été inventoriées en 2016. En comparaison des estimations scientifiques comptant deux millions d’espèces décrites dans le monde, cela représente près d’une espèce sur dix sur la planète.

Cette liste n’est pas encore exhaustive et est complétée d’année en année, s’appuyant sur un réseau important d’experts, des expéditions naturalistes et des publications scientifiques. A noter : la progression importante des connaissances en outre-mer et pour les invertébrés.



Fulica caribaea est devenu en 2016 un synonyme de Fulica americana. © S. Siblet

La responsabilité de la France pour la protection de sa biodiversité terrestre et marine
Les territoires français sont d’une richesse indéniable et la publication de la nouvelle version de TAXREF montre notamment que plus de la moitié des mammifères marins sont présents dans les eaux territoriales françaises et que 20% des espèces d’échinodermes et de cnidaires (coraux, méduses...) dans le monde peuplent les milieux marins de France métropolitaine et d’outre-mer. Au-delà de la protection de sa biodiversité terrestre, ces chiffres confirment donc aussi son rôle important dans la préservation des océans et particulièrement des récifs coralliens. De plus, les espèces françaises d’oiseaux et de poissons - d’eau douce et marins - ne sont pas en reste puisqu’elles représentent respectivement un quart et un cinquième de la diversité mondiale. De plus, une espèce sur dix chez les mammifères terrestres, les plantes vasculaires, les vers et les mollusques, est française. Enfin, les insectes représentent à eux seuls près de la moitié des espèces recensées sur le sol français, mais seulement 7% des espèces au niveau mondial. Néanmoins, les invertébrés nécessitent encore un long travail d’identification et de recensement sur le territoire, particulièrement en outre-mer (notamment en Guyane française et en Nouvelle-Calédonie).


Extraits du référentiel TAXREF

Les sources de recensement des espèces de France
Le référentiel taxonomique national s’appuie sur les publications scientifiques de description de nouvelles espèces. Ainsi, depuis 2000, près de 600 espèces nouvelles pour la science sont comptabilisées chaque année sur les territoires français. Une liste qui s’appuie également sur différentes sources documentaires scientifiques (publications, atlas, inventaires, etc.) pour justifier la présence de ces espèces en France. TAXREF prend également en compte les évolutions phylogénétiques qui interviennent suite aux avancées de la recherche en biologie moléculaire ou lors de révisions taxonomiques.

L’ensemble des références utilisées pour justifier la construction du référentiel constitue aujourd’hui une bibliothèque électronique de 9287 publications, qui s’étend des descriptions originales de Linné du XVIIIe siècle aux dernières descriptions des espèces nouvellement découvertes.

Des expéditions scientifiques pour améliorer la connaissance
La découverte de nouvelles espèces provient souvent d’expéditions scientifiques. Ainsi, « La Planète Revisitée » (Muséum national d’Histoire naturelle / Pro-Natura International), grand programme d’exploration de la nature depuis 10 ans, prospecte actuellement en Nouvelle-Calédonie (2016-2017), après la Guyane en 2015, afin de réaliser l’inventaire de la biodiversité « négligée ». Cette dernière expédition a permis de recenser 29 espèces nouvelles pour la science et plus de 200 espèces nouvelles pour la Guyane. Ces grands programmes intègrent également avec succès des initiatives au très long cours, comme les explorations marines « Tropical Deep Sea Benthos » dont on notera le 40ème anniversaire en 2016. D’autres découvertes vont encore avoir lieu pendant plusieurs années, temps nécessaire aux scientifiques pour effectuer le travail de description de l’ensemble des espèces récoltées.

Encore un gros effort de recensement à réaliser en outremer
Le référentiel taxonomique est la base permettant à l’Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN) de rassembler l’ensemble des informations sur la biodiversité française et de réaliser un état de la connaissance sur les espèces sauvages. Le Service du Patrimoine Naturel du Muséum estime qu’aujourd’hui 80 à 90% de la biodiversité est recensée en métropole, soit 101 167 espèces. En revanche, la liste reste lacunaire pour les espèces ultramarines dont seulement 20 à 30% ont été dénombrées mais représentant tout de même 86 845 espèces. Alors que plusieurs espèces n’ont pas encore observées sur le territoire, un grand travail d’agrégation dans le référentiel reste à réaliser. Une à deux décennies seront sans doute encore nécessaires pour approcher l’exhaustivité.

La connaissance du patrimoine naturel : brique essentielle des politiques publiques
Dans le cadre de la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, le Muséum continue d’assurer sa mission de coordinateur scientifique de l’INPN en y intégrant les apports de la recherche, de l’expertise, ou encore des informations contenues dans les collections du Muséum, mais également en animant les réseaux d’experts, chercheurs, associations naturalistes, institutions publiques, acteurs privés… tous les acteurs essentiels à la constitution de la connaissance sur la biodiversité sur le territoire national. « TAXREF constitue aujourd’hui un outil essentiel sur lequel nous pouvons nous appuyer pour quantifier la richesse de la biodiversité en France », explique Bruno DAVID, président du Muséum. « Le Muséum conforte ainsi sa position de référence sur la connaissance de la nature ; connaissance qu’il diffuse, tant aux acteurs de la conservation et de la recherche qu’au grand public, car la préservation de notre patrimoine naturel est l’affaire de tous »

_________________
"Si les abeilles disparaissaient, l'homme n'aurait plus que quatre années à vivre"; Albert Einstein

« Le but d'un zoo est de ne pas tenir des animaux, mais d'assurer le futur des espèces »
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum