Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier

Statistiques
Nous avons 629 membres enregistrésL'utilisateur enregistré le plus récent est Kevin02Nos membres ont posté un total de 10320 messagesdans 6092 sujets

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Yoan
Admin
Admin
Messages : 9020

Voici les dessous du troc d'animaux de zoo en zoo

le Lun 26 Déc 2016, 09:35
Les échanges en Europe sont très réglementés et répondent à une philosophie simple: la vente et l'achat sont interdits. À quelques exceptions près.

«On a reçu un tapir et une girafe au mois d'août. En octobre, on a envoyé six primates, un perroquet, deux antilopes et on a reçu un autre primate. On va recevoir un couple de kangourous et, plus tard, on a prévu d'envoyer un oiseau en Angleterre, énumère Dorothée Ordonneau, la vétérinaire du parc de Cerza, un zoo installé dans le Calvados depuis 1986. Cela arrive sans arrêt, mais c'est tout à fait normal. Ces transferts font partie de notre travail au quotidien.»

Ce jeu de chaises musicales s'observe également, avec plus ou moins d'intensité en fonction de la taille de la structure, dans la plupart des parcs zoologiques français et européens. Car, contrairement aux oiseaux migrateurs, aux troupeaux de montagne en transhumance ou aux marmottes partant hiberner plusieurs mois durant, les animaux nés et élevés en captivité ne sont guère libres de leurs mouvements. Au-delà de leur enclos, leurs déplacements sont gérés et contrôlés par les humains dans le cadre de programmes de conservation et d'élevage strictement réglementés.

Chaque année, donc, des centaines voire des milliers d'animaux en captivité changent de lieu de vie et de copensionnaires. Le tout, sous l'œil de l'Association européenne des zoos et aquariums (EAZA) qui fédère plus de 300 zoos adhérents à travers l'Europe –dont une grande partie des parcs zoologiques français. Cette structure, fondée en 1988, prévoit une coopération étroite entre ses différents membres de manière à assurer, via les échanges d'animaux, la préservation des espèces et d'un capital génétique le plus riche possible, la circulation d'information entre les établissements et la mise en place de normes sanitaires communes.

En adhérant à l'EAZA, les parcs zoologiques s'engagent donc à respecter la charte de l'association qui prévoit des transferts d'animaux entre zoos, mais qui bannit formellement la moindre dimension commerciale dans ces échanges. En revanche, les parcs zoologiques qui, eux, n'adhèrent pas à l'EAZA peuvent, s'ils le souhaitent, vendre certains certains de leurs animaux dans la mesure où ils respectent les principes établis par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (Cites). Un accord international destiné à réglementer le commerce des espèces et veiller à ce qu'il ne nuise pas au principe de conservation de la biodiversité.

Lire la suite : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]







_________________
"Si les abeilles disparaissaient, l'homme n'aurait plus que quatre années à vivre"; Albert Einstein

« Le but d'un zoo est de ne pas tenir des animaux, mais d'assurer le futur des espèces »
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum