Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun

Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier

Statistiques
Nous avons 630 membres enregistrésL'utilisateur enregistré le plus récent est Fred59Nos membres ont posté un total de 10322 messagesdans 6093 sujets

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Yoan
Admin
Admin
Messages : 9020

Le calvaire de l’hippopotame Gustavito, torturé à mort au Salvador

le Sam 04 Mar 2017, 15:46
Le Monde a écrit:Dans un des pays les plus violents de la planète, la mort brutale de l’animal a indigné la population. Autant par sa sauvagerie que par ses zones d’ombre, et la lenteur de l’enquête.

En se fiant à peu près à toutes les statistiques, le Salvador est l’un des pays les plus violents au monde. Durant l’année 2016, 5 278 meurtres y ont été recensés, conséquence des affrontements entre les gangs et la police et des balles perdues qui fauchent hommes, femmes et enfants, sans distinction.

Mais même les Salvadoriens, habitués aux assassinats quotidiens, se sont réveillés, lundi 27 février, choqués et en colère. Gustavito, seul hippopotame du Zoo national de San Salvador et fierté du pays, avait succombé dans la nuit à ses blessures, quatre jours après avoir été sauvagement agressé dans son enclos.

L’animal de 15 ans avait été retrouvé dans un état critique, le 23 février, par des employés du zoo. Les détails du calvaire, rendus publics par le directeur de l’établissement, Vladen Henríquez, ont révulsé le public : coups reçus au visage, sur l’abdomen et aux pattes avec des barres de fer, lacérations aux yeux et à la bouche avec « un pic à glace ». Selon les vétérinaires qui ont tenté de le soigner pendant quatre jours, c’est une combinaison de stress et d’inflammations de ses graves blessures qui ont finalement provoqué une occlusion intestinale fatale.

Personne ne sait qui a massacré Gustavito, ni pourquoi. Une enquête au plus haut niveau, impliquant la police nationale et plusieurs ministères, a été diligentée. Le ministère de l’intérieur a promis de retrouver les coupables de cette « attaque lâche et inhumaine ». Les autorités n’ont encore aucune piste, mais n’en écartent non plus aucune, y compris celle menant à des employés du zoo. En attendant ces résultats, le zoo a été fermé et les mesures de sécurité y ont été renforcées.

Venue sur place, la ministre de l’environnement, Lina Pohl, a dit devant les caméras de télévision, la voix brisée par l’émotion : « Cette attaque est le reflet d’un pays qui ne se préoccupe pas de la vie animale, qui ne se préoccupe pas de la vie. »

Zones d’ombres et théorie du complot
Le 27 février au soir, plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées devant la porte fermée du zoo. Des hommes et des femmes avec des pancartes et des bougies, comme cette Salvadorienne, presque en pleurs devant les caméras, disant « les animaux ne méritent pas ça » et que « nous espérons que ce genre de chose n’arrivent plus dans ce pays ». Une veillée en mémoire de Gustavito, mais aussi pour exiger « justice » pour l’hippopotame et la fermeture du zoo.

Ceux qui ne croient pas à la version des faits donnée par les responsables de la ménagerie et le gouvernement ont énuméré les zones d’ombres, les incohérences. Ils ont demandé la fermeture immédiate de l’établissement qui, selon eux, aurait maquillé la mort de l’hippopotame provoquée par l’incompétence de ses employés.


Gustavito est arrivé au Zoo national de San Salvador en 2004. Pour sa première journée, 26 000 personnes étaient venues le voir se faire baptiser par un prêtre. Déjà star avant son arrivée, il venait « remplacer » l’hippopotame Alfredito, mort peu avant. La Fundación Huellitas note qu’il avait succombé, comme Gustavito le fera 13 ans plus tard, à une occlusion intestinale dans l’enceinte du zoo.

En savoir plus sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Si les abeilles disparaissaient, l'homme n'aurait plus que quatre années à vivre"; Albert Einstein

« Le but d'un zoo est de ne pas tenir des animaux, mais d'assurer le futur des espèces »
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum