Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 0 Invité :: 1 Moteur de recherche

malicia75

Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier

Statistiques
Nous avons 628 membres enregistrésL'utilisateur enregistré le plus récent est BOUCHER anne marieNos membres ont posté un total de 10733 messagesdans 6363 sujets

16 résultats trouvés pour éléphants

par Yoan
le Mer 24 Aoû 2016, 18:01
 
Rechercher dans: Zoo de Zurich
Sujet: [Zoonaute archives] Un point sur Kaeng Krachan Elefantenpark, le nouvel enclos des éléphants du Zoo de Zurich
Réponses: 0
Vues: 73

[Zoonaute archives] Un point sur Kaeng Krachan Elefantenpark, le nouvel enclos des éléphants du Zoo de Zurich

Publié le 20 mars 2013

Tandis que les travaux de construction avancent, les soigneurs du Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] préparent soigneusement les [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour le déménagement.

Jusqu’ici, les soigneurs des éléphants travaillaient en contact direct avec avec les éléphants mais avec l'arrivée de ce nouvel bâtiment, ils travaillent maintenant avec eux en contact protégé. Les éléphants suivent des séances de medical training qui permet d'enseigner à l'animal à se laisser manipuler en toute confiance par le gardien afin de pouvoir intervenir plus facilement pour les soins vétérinaires. La coopération est basée sur l'action volontaire des animaux et le soigneur ne peut plus par exemple inspecter le corps librement ou directement intervenir dans les conflits.

Pour préparer le déménagement, les éléphants s’entraînent depuis cet automne à entrer dans une grande caisse pour limiter un maximum de stress lors du voyage.

L'intérieur du bâtiment, d’une surface d’environ 5400 m², est un pavillon construit dans un style thaïlandais. Une vue sous-marine offrira aux visiteurs la possibilité de voir le bain des éléphants.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo Zürich, Corinne Invernizzi

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo Zürich, Corinne Invernizzi

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo Zürich, Corinne Invernizzi

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
Toit de la maison des éléphants © Zoo Zürich, Peter Zürcher

Quelques chiffres
Superficie du bâtiment: 5400 m²
Volume du bâtiment: 56.000 m³
Intérieur de l'enceinte: 2.600 m³
Total de terrassement 45.000 m³
Piscine intérieur 239 m³
Piscine extérieure : 615 m³
Le toit (y compris le bord du toit): 6800 m². Essence: Pin / Sapin
Nombre puits de lumière 271 pcs
par Yoan
le Mar 21 Juil 2015, 18:15
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute Archives] Première course bâloise pour les éléphants
Réponses: 1
Vues: 88

[Zoonaute Archives] Première course bâloise pour les éléphants

Le Zoo de Bâle organise une course parrainée pour collecter de l’argent destiné à la construction de « Tembea », le nouvel espace pour les [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. En suivant un parcours autour du Zoo, les enfants et les adultes peuvent courir pour les éléphants du Zoo de Bâle et contribuer à leur construire un formidable habitat.

La construction de « Tembea », l’espace pour les éléphants, bat son plein et la nouvelle demeure des éléphants du Zoo de Bâle prend progressivement forme. Afin de collecter les fonds encore manquants, le Zoo de Bâle organise la toute première course bâloise pour les éléphants. Le 29.8.2015, de 8h à 16h, tous les amis des éléphants pourront participer à une course caritative autour du zoo.

Les enfants comme les adultes peuvent sauter dans leurs chaussures de course, quel que soit leur âge ou leur condition. Il est possible de courir ou de marcher, et les pauses sont fortement recommandées sur le parcours. En effet, des panneaux d’information sur la biologie et le mode de vie des éléphants ainsi que sur le nouvel espace seront placés par le zoo tout au long du parcours. Les enfants pourront pour leur part découvrir différentes informations sur les éléphants sur un mode interactif. Les coureuses et les coureurs ne collecteront donc pas seulement de l’argent, mais auront aussi l’occasion de se passionner pour les pachydermes.

Avant la course, les participants devront trouver des parrains qui les soutiendront en versant une certaine somme par tour ou un montant forfaitaire. Au terme de la course, les coureurs et les coureuses se verront remettre une attestation indiquant le nombre de tours effectués et la somme atteinte. Le Zoo de Bâle attend avec impatience cette première course bâloise pour les éléphants et espère y retrouver beaucoup d’amis des éléphants, jeunes et moins jeunes.

Pour participer, il suffit de s’inscrire sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (en allemand).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle
par Yoan
le Lun 02 Fév 2015, 18:01
 
Rechercher dans: Zoo de Zurich
Sujet: [Zoonaute archives] Le parc à éléphants Kaeng Krachan du zoo de Zurich distingué !
Réponses: 0
Vues: 120

[Zoonaute archives] Le parc à éléphants Kaeng Krachan du zoo de Zurich distingué !

Le prix Ulrich Finsterwalder Ingenieurbaupreis est décerné tous les deux ans par les éditions Ernst & Sohn Verlag. Cette année, c'est le parc à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Kaeng Krachan du zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] qui a remporté le prix d'ingénierie des structures. Le projet s'est imposé parmi 45 autres évalués par un jury sur la base de critères fonctionnels, techniques, économiques et de créativité.

La cérémonie de remise des prix a eu lieu ce vendredi à Munich en présence du Directeur du Zoo de Zurich, Alex Rübel.

Dans le cadre du consortium Holzbau Elefantenpark et pour le compte de Zoo Zürich AG, l'unité Construction en bois d'Implenia a joué un rôle déterminant dans la réalisation de cette construction. Le nouveau parc à éléphants séduit aussi bien au plan de l'architecture que du génie civil, a notamment relevé le jury pour motiver sa décision, soulignant également la grande qualité d'exécution artisanale de ce projet exigeant. Il a répondu de manière impressionnante aux critères de construction, d'innovation, d'interdisciplinarité, d'esthétique et de développement durable, ont déclaré les jurés.

Lee 11 000 mètres carrés du parc à éléphants Kaeng Krachan a ouvert ses portes le 7 juin 2014. C'est la maison de 8 éléphants d'Asie

Le Zoo de Zurich soutient différents projets pour la protection des éléphants sauvages, dont réduire le conflit homme-éléphant, et Kaeng Krachan est également un parc national en Thaïlande.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Sika Schweiz AG, Ricardo Gomez
par Yoan
le Mar 16 Déc 2014, 13:49
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] Un éléphanteau espéré au Zoo de Bâle
Réponses: 0
Vues: 33

[Zoonaute archives] Un éléphanteau espéré au Zoo de Bâle

Publié le 15 février 2011

Les [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] d’Afrique se reproduisent difficilement et cela fait 19 ans qu’il n’y a pas eu de jeunes éléphants au Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

Les gardiens organisent régulièrement les rendez-vous de l’éléphant mâle Yoga (14) avec les deux femelles Rosy (15) et Maya (16). Des tests d’urine sont réalisés fréquemment et permettent d’indiquer si les deux demoiselles sont d’humeur ou non. Ces rencontres n’ont donné, à ce jour, aucun résultat. Vétérinaires et soigneurs mettront tout en œuvre pour combler ce désir d’enfant.

Depuis 5 ans, le Zoo de Bâle tente de motiver Yoga à passer un petit moment coquin avec l’une des deux femelles, mais sans succès pour l’instant. Difficile de dire à quoi cela tient. Yoga est relativement jeune. Dans la nature, les mâles ne copulent que vers 25 ans, Yoga est donc encore en période d’apprentissage. Le problème pourrait venir du fait qu’il a grandi aux côtés des deux femelles avec lesquelles il devrait aujourd’hui s’accoupler. Des observations dans la nature ont montré que, dans une telle situation, les mâles sont bloqués et ne s’accouplent pas. Ou peut-être que Yoga et Rosy ne s’attirent tout simplement pas ? Cela arrive de temps en temps chez les éléphants. Une rencontre avec Heri (34) ne sera pas organisée, cette dernière réagissant de manière agressive vis-à-vis de Yoga. Le rendez-vous avec Malayka (39) a également été infructueux, elle s'est foulée la jambe. Une grossesse est vraiment souhaitée au zoo car élever des petits reste la meilleure occupation pour ces animaux très sociables.

Le zoo met tout en œuvre pour provoquer cette grossesse. Deux fois par semaine, les soigneurs prélèvent des échantillons d’urine qui sont analysés ensuite dans le centre allemand des primates (DPZ - Deutschen Primatenzentrum) à Göttigen. Ces derniers donnent des renseignements sur les cycles et la fertilité des éléphantes. Le cycle est normal chez toutes les femelles, sauf chez Rosy qui semblent avoir des problèmes depuis l’automne 2010, problèmes que l’on retrouve auprès d’un quart des éléphants africains vivants dans les zoos. Les hormones, mais aussi la chimie, sont importantes quand mâle et femelle se rencontrent. La copulation ne dure que quelques secondes, il faut donc un minimum de coopération pour que tout fonctionne. La femelle doit rester tranquille afin que le mâle expérimenté puisse s’agripper à elle avec sa trompe. Dans la nature, les jeunes apprennent en regardant, chose qui a manqué à Yoga, arrivé au zoo à l’âge de 3 ans.

Au zoo, on ne laisse pas tomber : les cycles hormonaux sont inscrits dans un livre. Ces prochains mois seront synonyme d’exercices pour Yoga et l’agenda des rendez-vous sera scrupuleusement respecté. Dans le domaine de l‘élevage, les succès des autres zoos en Europe sont encourageants. Si le prochain rendez-vous galant devait être fructueux, la descendance se fera toutefois attendre puisque la gestation dure 22 mois chez les éléphants.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle
par Yoan
le Jeu 18 Sep 2014, 18:00
 
Rechercher dans: Zoo de Zurich
Sujet: [Zoonaute archives] Thai, le nouvel éléphant mâle du zoo de Zurich, a terminé sa période de quarantaine
Réponses: 0
Vues: 119

[Zoonaute archives] Thai, le nouvel éléphant mâle du zoo de Zurich, a terminé sa période de quarantaine

Thai est né en 2004 au Zoo Hagenbeck à Hambourg avant d'être placé au Zoo d'Heidelberg, en Allemagne. Il a été transféré à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] le 12 août dernier dans le cadre du Programme européen d'élevage (EEP). Le jeune mâle doit assurer une descendance aux filles de Maxi.

Pour son arrivée au Zoo de Zurich, Thai était accompagné de deux gardiens et d'un vétérinaire du Zoo d'Heidelberg. Placé en quarantaine, il n'a eu aucun contact direct avec les autres [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. La mise en quarantaine s'est terminée vendredi dernier et Thai a pu exploré progressivement son nouveau domaine.

Thai a pu avoir un premier contact direct avec les deux femelles Ceyla-Himali et Farha. Il s'est comporté calmement. Ceyla est allée à sa rencontre tandis que Farha observait la scène à distance. Finalement, Farha est aussi venue chercher le contact avec lui. Il va bientôt être mis en contact avec les autres femelles.

Si Thai s'entend bien avec Maxi, un éléphant mâle de 44 ans, ils seront placés ensemble à l'écart des femelles. Maxi est arrivé au zoo de Zurich en septembre 1981 alors qu'il avait 11 ans. Il est considéré comme le meilleur reproducteur d'Europe.

Thai est encore très jeune, il n'a que 10 ans mais il a une caractéristique frappante : ses longues jambes. Thai possède des défenses qui sont un peu raccourcies car une a été cassée et l'autre a été taillée en fonction de l'autre. Pour comparaison, UPALI (20) le fils de MAXI et de Ceyla-HIMALI qui vit aujourd'hui au Zoo de Dublin a de très petites défenses, il a 20 ans.

Dans le programme d'élevage européen des éléphants d'Asie compte actuellement 82 mâles et 214 femelles dans 70 établissements participants au programme. Et 52 individus dans 25 établissements en Europe en dehors du programme d'élevage.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo Zürich, Susanne Weber  

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo Zürich, Susanne Weber  

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo Zürich, Susanne Weber  

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo Zürich, Susanne Weber  
par Yoan
le Mar 12 Aoû 2014, 18:30
 
Rechercher dans: Zoo de Zurich
Sujet: [Zoonaute archives] Un deuxième éléphant mâle est arrivé au Zoo de Zurich
Réponses: 1
Vues: 115

[Zoonaute archives] Un deuxième éléphant mâle est arrivé au Zoo de Zurich

Le jeune mâle THAI est arrivé mardi matin au Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] dans le cadre du programme européen d'élevage.

THAI est né en 2004 au zoo de Hagenbeck à Hambourg. En 2010, il a rejoint un groupe de 4 jeunes mâles au Zoo de Heidelberg en Allemagne où il a acquis des expériences sociales importantes. THAI a été géré en contact protégé, qui est sans contact direct avec les soigneurs, comme au Zoo de Zurich.

THAI est arrivé le matin du 12 août au Zoo de Zurich. Il a rejoint la zone de quarantaine du Zoo de Zurich. Lors de son transfert, deux soigneurs du Zoo de Heidelberg l'accompagnaient. Il restera en quarantaine durant quatre semaines. Après ce délai, il va progressivement explorer son nouvel espace et apprendre à connaître les autres éléphants. Au Zoo, son rôle sera de faire des bébés aux filles du mâle dominant Maxi.

Aujourd'hui, huit [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] vivent au Zoo de Zurich : THAI le nouveau mâle, MAXI âgé de 47 ans et né au Bhoutan, CEYLA-HIMALI âgée de 39 ans et née au Sri Lanka, INDI âgée de 28 ans et née en Birmanie et ceux qui sont nés au Zoo de Zurich : CHANDRA (12), FARHA (9) et le dernier-né OMYSHA (17 juin 2014).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
THAI au Zoo Heidelberg © Heidrun Knigge
par Yoan
le Sam 07 Juin 2014, 16:55
 
Rechercher dans: Zoo de Zurich
Sujet: [Zoonaute archives] Le Zoo de Zurich protège les éléphants sauvages en Thaïlande (Episode 4)
Réponses: 0
Vues: 148

[Zoonaute archives] Le Zoo de Zurich protège les éléphants sauvages en Thaïlande (Episode 4)

Dernier chapitre sur la nouvelle installation des [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] au Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Le parc d’éléphants Kaeng Krachan porte le nom du plus grand parc national thaïlandais. Le zoo de Zurich y soutient des projets de protection de l’[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] d’Asie, notamment ceux destinés à apaiser le conflit opposant les agriculteurs aux éléphants.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
Kaeng Krachan Elefantenpark © Zoo Zürich, Peter Bolliger

A l’instar de la forêt pluviale de Masoala, le nouveau parc d’éléphants Kaeng Krachan du zoo de Zurich est associé à un projet de protection de la nature in situ. Le zoo de Zurich aide la Wildlife Conservation Society (WCS) avec qui il soutient le parc national de Masoala à Madagascar avec succès depuis plusieurs années. En étroite collaboration avec le parc national de Kaeng Krachan en Thaïlande, la WCS se mobilise pour protéger les éléphants qui y vivent.

Le parc national de Kaeng Krachan, qui a donné son nom au parc d’éléphants du zoo de Zurich, est la plus grande réserve de Thaïlande. Environ 200 éléphants sauvages y vivent sur une surface de quelque 3000 kilomètres carrés. Les activités de protection de la nature qui y sont menées visent en grande partie à apaiser le conflit entre les hommes et les éléphants. Mais elles portent aussi sur l’agrandissement de l’habitat des pachydermes grâce à la mise en relation de plusieurs réserves, sur la lutte contre le braconnage et sur des investissements dans des projets de formation.

L’engagement du zoo de Zurich aux côtés du parc national de Kaeng Krachan se reflète dans la conception du nouveau parc d’éléphants. On y trouve ainsi une « cabane de surveillance » avec clôture sous alarme qui permet de visualiser les moyens qu’emploient les agriculteurs thaïlandais installés autour du parc national pour protéger leurs cultures. Une cabane détruite et des empreintes laissées sur les chemins rappellent les dégâts que peut provoquer un éléphant au cours d’une visite.

Le conflit homme-éléphant [b][/b]
Dans de nombreux secteurs, les réserves de nourriture traditionnelles des éléphants sauvages et leurs routes de passage sont restreintes, voire occupées, par des cultures agricoles. D’où les conflits entre la population rurale et les éléphants, que l’on appelle les «Human-Elephant Conflicts» (HCE). Les troupeaux d’éléphants font des ravages quand ils pénètrent dans des plantations d’ananas ou des bananeraies, et peuvent également saccager champs, maisons et véhicules sur leur passage.

Dans le parc national de Kaeng Krachan en Thaïlande, on s’efforce de désamorcer le conflit par la mise en place de clôtures de protection et de postes de garde. Le long du parc national, une tranchée de six mètres de largeur a été creusée et une clôture composée de poteaux en bois et de deux fils de fer tendus dressée. Un éléphant qui touche ou casse les fils déclenche une alarme sonore et un signal lumineux. Les sentinelles interviennent alors pour repousser les éléphants dans la forêt à grand renfort de cris et de pétards. Cependant, la longueur de la clôture étant limitée, les animaux peuvent poursuivre leur chemin après avoir été déviés de leur route initiale.

Le programme cherche à instaurer une coexistence pacifique entre l’homme et l’éléphant sur le long terme. La méthode a fait ses preuves: dans certaines régions, les conflits ont diminué de 90%.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
Kaeng Krachan Elefantenpark © Zoo Zürich, Peter Bolliger

La population d’éléphants est en baisse
A l’origine, l’aire de répartition de l’éléphant d’Asie s’étendait de la Syrie à la Chine et couvrait les îles du Sri Lanka, de Sumatra et de Bornéo. Mais l’habitat de l’éléphant d’Asie se réduit comme une peau de chagrin : pour l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), l’« Elephas maximus » est en danger. Dans certaines régions du Sud-Est asiatique, il est même menacé d’extinction. On estime sa population totale vivant à l’état sauvage à 40 000 animaux environ, dont 20 000 en Inde et 5000 en Birmanie.

Plusieurs facteurs compliquent l’existence de l’éléphant d’Asie. Du fait du braconnage dont sont victimes, depuis longtemps déjà, les mâles porteurs de défenses, les mâles aux défenses moins grandes ont mieux survécu et ont une plus grande progéniture. Actuellement, 10% seulement des éléphants mâles d’Asie portent de grandes défenses. Les Thaïlandais ont d’ailleurs donné un nom aux mâles sans défenses qui constituent désormais l’essentiel de la population : les « maknas ».

Aujourd’hui, le commerce de l’ivoire est largement interdit. Mais le nombre d’éléphants vivant à l’état sauvage continue de baisser. L’éléphant d’Asie voit son habitat se réduire de plus en plus. La consanguinité menace les dernières populations qui ne partagent plus d’espaces naturels communs et se retrouvent isolées.

Un projet a été initié pour remédier à ce problème. Il prévoit de relier par un corridor de 75 kilomètres de longueur et de 10 kilomètres de largeur le parc national de Kaeng Krachan, situé dans la chaîne de montagnes du Tenasserim, au Western Forest Complex, un espace naturel de 18 000 kilomètres carrés situé au nord. Les animaux sauvages profiteraient d’un habitat plus vaste et pourraient s’accoupler avec d’autres congénères.

Le parc national de Kaeng Krachan et le Western Forest Complex constituent à eux deux le plus grand espace forestier préservé d’Asie du Sud-Est. Leur potentiel en tant que refuge pour éléphants mais aussi pour d’autres espèces menacées comme le tigre est immense. Le corridor prévu se situant dans un secteur placé sous l’égide de la Maison royale de Thaïlande, ce projet a de bonnes chances d’être mis en œuvre.

Les éléphants du zoo comme ambassadeurs
L’Asian Elefant Specialist Group, rattaché à la Species Survival Commission de l’UICN, s’engage pour la protection de l’éléphant d’Asie en étroite collaboration avec des jardins zoologiques. Le groupe réunit des biologistes de la faune sauvage des régions d’origine et des spécialistes des éléphants du monde occidental. Alex Rübel, Directeur du zoo, est lui aussi membre du groupe.

L’objectif est la protection in situ, par le biais de la création de réserves suffisamment grandes en Asie, abritant des populations viables. En outre, dans les pays plus solides financièrement, les zoos dotés d’une population stable ont pour mission de faire de la publicité en faveur de la protection des éléphants. Les éléphants en captivité jouent le rôle d’ambassadeurs de leurs congénères vivant dans la nature. Ils émeuvent la population occidentale et la sensibilisent aux problèmes de leurs semblables. Le public est alors plus motivé à agir pour l’éléphant d’Asie sauvage.

Programme Européen d’Elevage (EEP)
Les zoos européens ont mis en place un Programme d’Elevage (EEP) pour l’éléphant d’Asie qui réunit environ 80 institutions accueillant environ 250 animaux (50 mâles, 200 femelles). L’objectif est de soigner les éléphants vivant en captivité conformément à des critères communs et d’optimiser les conditions d’élevage. Les éléphants du zoo de Zurich participent au Programme d’Elevage EEP. MAXI a déjà largement contribué à son succès puisqu’il est onze fois père et deux fois grand-père.

Le programme cherche à réunir des mâles et des femelles aptes à l’élevage par un échange entre institutions participantes. Des recherches sont effectuées sur des thèmes tels que les problèmes de reproduction, l’insémination artificielle, la mortalité chez les éléphanteaux et les maladies. Par ailleurs, des directives sur l’élevage sont élaborées et développées pour optimiser l’élevage des animaux. Suite à ce travail, de nombreuses institutions ont construit de nouvelles infrastructures au cours des dernières années ou en planifient. C’est le cas des trois élevages d’éléphants de Suisse : outre le zoo de Zurich qui a posé un jalon en matière d’élevage avec la construction du parc d’éléphants Kaeng Krachan, le zoo de Bâle et le zoo Knie pour enfants de Rapperswil se dotent de nouvelles infrastructures


par Yoan
le Ven 06 Juin 2014, 17:32
 
Rechercher dans: Zoo de Zurich
Sujet: [Zoonaute archives] L'installation des éléphants du Zoo de Zurich, un édifice taille XXL (Episode 3)
Réponses: 0
Vues: 145

[Zoonaute archives] L'installation des éléphants du Zoo de Zurich, un édifice taille XXL (Episode 3)

Le parc d’[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Kaeng Krachan du zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] fait les choses en grand. L’immense toit incurvé du pavillon des éléphants en est emblématique. Sa construction a exigé une précision au millimètre près.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
Kaeng Krachan Elefantenpark © Zoo Zürich, Jean-Luc Grossmann

La partie est du zoo de Zurich compte désormais un nouveau pôle d’attraction aux côtés de la forêt pluviale de Masoala : le parc des éléphants Kaeng Krachan. Celui-ci constitue le cadre et l’arrière-plan du futur aménagement du Klosterfeld en savane africaine. Dans leur nouveau parc, d’environ 11 000 mètres carrés, les éléphants disposent de six fois plus d’espace.

Le nouveau parc a pour décor une luxuriante forêt mixte, développée à partir de la forêt du Züriberg environnante, qui reconstitue la transition entre les montagnes africaines arides du Simien et une vallée fluviale verdoyante. Une allée sinueuse à la topographie bien étudiée traverse la forêt, menant les visiteurs à la rencontre des éléphants, 15 mètres plus bas. A travers les bambous, le chemin offre un premier aperçu du lit asséché de la rivière dans la vallée des éléphants, avec le pavillon des pachydermes à l’arrière-plan.

La conception globale du paysage et de l’architecture repose essentiellement sur les jeux d’ombre et de lumière. La succession des thèmes végétaux inspirés de la végétation thaïlandaise se poursuit à l’intérieur du pavillon des éléphants, gommant les frontières entre extérieur et intérieur. Le secteur du lodge, à la jonction entre structure extérieure et structure intérieure, constitue le cœur de la visite.

A l’intérieur du pavillon, un chemin sous des arbres tropicaux conduit le visiteur à différents points de vue, entre autres à la galerie subaquatique qui permet d’observer les éléphants dans l’eau. Dehors comme dedans, le tracé des enclos est curviligne, avec des renfoncements et des avancées. L’enclos, qui n’est pas visible dans sa totalité, semble immense.

Performant et durable
Le nouveau parc d’éléphants Kaeng Krachan a de nombreuses fonctions à remplir, d’où la complexité de ses installations techniques, toutes dans la catégorie XXL. Majoritairement logées au sous-sol, comme les unités de climatisation, de ventilation, de traitement de l’eau et d’alimentation électrique, elles ont su se faire discrètes.

La construction a privilégié le développement durable. Le matériau dominant est par exemple le bois. La chaleur est fournie, via un réseau de chaleur à distance, par le chauffage central aux copeaux de bois du zoo de Zurich. Du toit de 6800 mètres carrés, l’eau de pluie qui est collectée, servira pour l’arrosage près du sol, les bassins, l’humidification du sable et le dépoussiérage des plantes. Grâce à un programmateur, la climatisation du pavillon consomme peu d’énergie.

Un toit spectaculaire à tout point de vue
Le toit de 6800 mètres carrés est un élément particulièrement spectaculaire du parc. Conçu comme une coque de bois plate aux formes libres, il se présente comme une structure organique transparente réticulaire, évoquant la forêt environnante. Le bâtiment entier mesure 80 mètres de diamètre. A l’intérieur, le toit n’est soutenu par aucun pilier en bois ni appui.

La lumière du jour entre par 271 ouvertures garnies d’ETFE qui laissent passer les UV, soit une surface totale d’environ 2100 mètres carrés. A l’intérieur du pavillon, on a l’impression de se trouver dans un parc, sous des arbres, ce qui renforce l’aspect « Nature » de l’ensemble. Tous les éléments structurels ont été développés par un logiciel de modélisation en 3D spécial. Pour valider la construction et la tenue statique, une maquette du toit a été réalisée à l’échelle 1:200. Les résultats obtenus ont ensuite été intégrés dans les calculs. Un prototype du toit complet à l’échelle 1:1 incluant le complexe d’étanchéité et les ouvertures a également été construit.

Pour pouvoir réaliser le toit à la manière d’une coque de bois, un échafaudage couvrant tout le pavillon a été monté. Il a servi à mesurer les membrures au millimètre près pour obtenir une coque négative de la forme du futur toit. Les panneaux tricouches ont ensuite été assemblés en trois couches sur ces membrures pour obtenir la forme du toit. Chacun des 600 panneaux tricouches coupés préalablement à mesure a été positionné sur le toit à l’endroit précalculé. La première couche des panneaux tricouches a été posée sur toute la surface pour des raisons de stabilité. Au niveau de la deuxième et de la troisième couche, les jours étaient déjà découpés. Une fois les trois couches sur le toit, les trois panneaux tricouches ont été assemblés par des clous (environ 22 tonnes / 500 000 pièces) en utilisant des pistolets cloueurs.

La construction a mis en œuvre beaucoup de bois et de clous, mais aussi des vis : environ 500 000, de 15 à 85 centimètres de longueur. Au final, le toit mesure 90 centimètres d’épaisseur, pour environ 1000 tonnes. En plus de protéger des intempéries et d’isoler de la chaleur, il a un rôle statique et contient un plan conducteur.

Un financement entièrement privé

Le projet de nouveau parc pour les éléphants a fait l’objet d’un concours d’architecture en deux phases. 50 projets ont été soumis. Les coûts de cette construction complexe avoisinent les 57 millions de francs. Le parc d’éléphants Kaeng Krachan a été exclusivement financé par des fonds privés : par le biais de collectes, de contributions généreuses de fondations et de particuliers et par les contributions du « Zoofäscht » pour le stalle pour le mâle et de la Société du Jardin Zoologique de Zurich pour les composants de l’éducation. Les entreprises Holcim, Sika, Mettler-Toledo et Schindler Aufzüge ont soutenu le parc d’éléphant Kaeng Krachan comme promoteurs du projet.

Quelques chiffres
Bâtiment
Surface du bâtiment : 5400 m²
Volume du bâtiment : 56 000 m³
Surface de l’enclos : 2600 m²

Terrain
Terrassement total : 45 000 m³

Environnement
Surface de l’enclos : 4100 m²
Sable : 4800 m³
Bois mort de 8 à 14 mètres de hauteur : 60 unités
Béton pour les rochers artificiels : 2000 m³
Surface de rochers peints : 46 000 m²
Hauteur maximale des rochers artificiels : 7 mètres

Eau
Contenance en eau des bassins à l’intérieur : 239 m³
Contenance en eau des bassins à l’extérieur : 615 m³

Toit
Surface du toit (avec bord du toit) : 6800 m²
Volume de panneaux tricouches : 950 m³
Clous utilisés pour les panneaux tricouches : 500 000
Essence : épicéa/sapin d’Europe
Nombre de jours : 271
Surface totale des jours : 2100 m²
Nombre de semi-remorques : 385 transports
Nombre de panneaux tricouches : 600
Poutres de rive : 10 200
Rondins : 1800
Vis : 500 000
Clous : 500 000
Câbles de précontrainte : 9, longueur totale : 837 mètres
Béton en général : 5000 m³

Acier à béton : 850 tonnes
Tirants de roche : 38
Conduit d’air pour les coussins : 2000 mètres
par Yoan
le Jeu 05 Juin 2014, 18:53
 
Rechercher dans: Zoo de Zurich
Sujet: [Zoonaute archives] Une nouvelle qualité de vie pour les éléphants du Zoo de Zurich (Episode 2)
Réponses: 0
Vues: 137

[Zoonaute archives] Une nouvelle qualité de vie pour les éléphants du Zoo de Zurich (Episode 2)

Deuxième partie sur la nouvelle installation des [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] du Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Le parc d’éléphants Kaeng Krachan marque le début d’une nouvelle ère dans l’élevage des éléphants au Zoo de Zurich. Les pachydermes y profitent d’un plus grand espace, d’une vie familiale plus riche, de plus de liberté de mouvement et de tous les plaisirs de l’eau.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
Kaeng Krachan Elefantenpark © Zoo Zürich, Jean-Luc Grossmann

Le nouveau parc d’éléphants Kaeng Krachan marque un jalon dans l’élevage des éléphants au zoo de Zurich : jamais encore ces animaux grand format n’avaient encore eu autant de place, de stimulations à bouger de long en large et de possibilités de cohabiter naturellement. A l’intérieur comme à l’extérieur, le parc paysagé met à leur disposition des terrains naturels, de nombreux points pour s’alimenter, des lieux de baignade, des arbres contre lesquels se frotter et des espaces propices à l’activité physique.

La vie en famille
Le parc d’éléphants offre de nombreuses nouveautés à ses pensionnaires. D’une part, il a été conçu pour permettre aux animaux une activité physique intense et variée; la recherche de nourriture y est un peu plus compliquée et plus diversifiée, le territoire plus vaste. D’autre part, il favorise un mode de vie familial naturel au sein d’un « groupe matrilinéaire », composé d’un troupeau de mères, de leurs filles et des petits. Les mâles aussi profitent d’un espace plus grand. Leur écurie est située à l’abri des regards des visiteurs. Modulable, elle permet de laisser les mâles rendre visite aux femelles à l’intérieur du pavillon.

Les joies de la baignade, dehors comme dedans
L’eau joue un rôle central dans le nouveau parc d’éléphants Kaeng Krachan: à l’intérieur comme àl’extérieur, les animaux disposent de plusieurs points d’eau, parfois si profonds qu’ils peuvent s’y immerger. Les éléphants ont aussi une douche qu’ils peuvent actionner eux-mêmes. A l’intérieur, grâce à une vitre, les visiteurs peuvent voir les animaux se baigner et même s’immerger dans l’eau.

L’eau est un élément important dans la vie des éléphants. Ils en ont besoin pour réguler la température de leur corps et pour la bonne santé de leur peau. Et bien entendu aussi pour se désaltérer : il faut savoir que les éléphants peuvent boire jusqu’à 200 litres d’eau par jour.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
Kaeng Krachan Elefantenpark © Zoo Zürich, Jean-Luc Grossmann

Le parc d’éléphants accueille aussi d’autres animaux
A l’extérieur du pavillon, le Zoo essaie de faire cohabiter éléphants et antilopes cervicapres. A l’intérieur, des aménagements et des terrariums abritent des petits kanchils de Java (ou chevrotain malais), des étourneaux de Rothschild, des roulrouls couronnés, des tortues de l’espèce Geoemyda spengleri, des scorpions empereurs, des mygales de Leblond, des grillons cavernicoles et des souris domestiques. On peut aussi y rencontrer des poules.

Contact protégé : une nouvelle ère dans les soins
Dans le nouveau parc d’éléphants, la gestion des animaux change radicalement. Le contact direct (« hands-on »), qui était jusqu’à présent la règle pour s’occuper des éléphants, à l’exception des mâles, est abandonné au profit du contact protégé (« protected contact »). Ce qui signifie que les soigneurs ne se tiennent plus dans le même espace que les pachydermes : une barrière les en sépare. Les humains tout comme les animaux ont dû apprendre et s’exercer aux bases et techniques d’entraînement de cette nouvelle méthode.

Avec le contact protégé, le soigneur se retire de la structure hiérarchique du groupe d’éléphants. Il n’a plus d’accès direct à l’animal. La collaboration repose sur le bon vouloir des animaux – le soigneur ne peut plus par exemple inspecter à sa guise chaque partie du corps de l’éléphant ou intervenir directement lors de conflits entre deux animaux. De ce fait, les éléphants développent plus librement leur structure sociale et les soigneurs y gagnent en sécurité.

Mais comment amène-t-on un éléphant à se rendre « volontairement » à un certain endroit ? Le Protected Contact Training recourt au « conditionnement opérant », c’est-à-dire que l’on influence un comportement montré en réagissant à ce comportement. Il s’agit essentiellement de renforcer un comportement souhaité par une réaction positive. On appelle cela le « renforcement positif ». En revanche, le comportement non souhaité est ignoré. Il est important que l’animal apprécie l’entraînement, sinon il ne participera pas.

Les éléments de l’entraînement au renforcement positif sont : un commandement ou une demande, une réaction de l’animal, un « pont » qui marque le comportement souhaité, comme un clic ou un coup de sifflet, et un renforçateur (récompense). Le pont marque, dans une qualité neutre et constante, le moment précis où le comportement souhaité est réalisé correctement. Lors de cette formation, on utilise souvent un bâton appelé « target » qui sert d’indicateur. Il aide l’animal à mieux comprendre ce que l’on attend de lui. L’animal commence par apprendre à le toucher avec différentes parties de son corps ou à le suivre. Ensuite, le bâton peut, par exemple, servir à amener l’animal dans une certaine position.

Une longue tradition dans l’élevage des éléphants
Les éléphants d’Asie font partie des animaux présentés par le zoo de Zurich depuis sa fondation en 1929. Au début, ils étaient logés dans le bâtiment principal. Le nouveau pavillon des éléphants, tant attendu, a été inauguré en 1971, mais sans stalle pour le mâle. Cet aménagement fut réalisé dix ans plus tard. Celui-ci se composait alors de deux stalles modulables et d’un enclos extérieur séparé. Des portails électriques assuraient la sécurité des soigneurs qui, déjà à cette époque, n’entraient pas en contact direct avec le mâle. Le zoo de Zurich fut l’un des premiers à être équipé pour le «contact protégé» avec les éléphants mâles.

La présence d’un mâle a permis au zoo de Zurich de se lancer avec succès dans l’élevage. En 1984, CEYLA-HIMALI a donné naissance à KOMALI, le premier éléphanteau à voir le jour au zoo de Zurich. Elle a eu d’autres petits par la suite : PANANG (1989), UPALI (1994), XIAN (1997), AISHU (2000) et FARHA (2005). INDI a pour sa part donné naissance à CHANDRA en 2002 et à FAHIM en 2005. Le groupe s’est agrandi avec LOHIMI (1985) et BOY (1992), les deux éléphanteaux de CLAUDIA, la femelle du cirque Knie, saillie au zoo de Zurich.

Les naissances au zoo de Zurich ont permis de recréer un groupe social toujours plus proche de ce que l’on trouve dans la nature. Les deux derniers éléphants sont nés sans aucun accompagnement humain au sein du groupe. Mais l’élevage, par son succès et malgré l’agrandissement des écuries, a précarisé l’espace mis à la disposition des éléphants. D’où la nécessité de construire un nouveau parc, désormais achevé.

Les éléphants du zoo de Zurich
Actuellement, six éléphants vivent au zoo de Zurich. Deux les rejoindront d’ici peu: INDI attend un troisième petit et un deuxième mâle va emménager aux côtés de MAXI.

MAXI (m) : Né en 1969/70 en Thaïlande. Au zoo de Zurich depuis le 15.9.1981. Poids 5450 kg. Onze fois père, plusieurs fois grand-père.
Ce mâle a commencé sa carrière européenne en Angleterre, au Dudley Zoo, où Mary Chipperfield l’a racheté pour son cirque. Il s’y est montré bon élève, apprenant très vite. D’ailleurs, il se souvient encore de tours appris à cette époque. Il a ensuite été transféré au Longleat Safari Park dont la famille Chipperfield était propriétaire. De là, il est finalement arrivé à Zurich. Très impressionnant avec ses grandes défenses, MAXI est un bon reproducteur et compte déjà des petits-enfants au Japon et en Angleterre.

DRUK (f) : Née vers avril 1967 au Bhoutan. Au zoo de Zurich depuis le 24.6.1968. Poids 3970 kg.
C'est la femelle dominante du troupeau. Pour des raisons médicales, elle ne peut pas avoir de petits. Mais dans sa fonction de « tante », elle joue un rôle important dans l’éducation des jeunes éléphants. C’est elle déjà qui a materné CEYLA-HIMALI quand elle est arrivée à Zurich alors âgée d’à peine un an.

CEYLA-HIMALI (f) : Née vers juillet 1975 au Sri Lanka. Au zoo de Zurich depuis le 24.3.1976. Poids 3880 kg. Six fois mère, elle est un peu rondouillette et ses pattes plutôt courtes renforcent cette impression.

INDI (f) : Née le 28.2.1986 en Birmanie. Au zoo de Zurich depuis le 8.10.1999. Poids 3570 kg. Deux fois mère, attend son troisième petit.
Difficile pour INDI, deuxième dans la hiérarchie du groupe après DRUK, de dissimuler son passé d’éléphant de cirque: elle est agile et maline. Elle a un sens marqué de la famille et attend actuellement son troisième petit de MAXI.

CHANDRA (f) :Née le 13.5.2002. Au zoo de Zurich depuis sa naissance. Poids 2700 kg. Parents: MAXI et INDI.
CHANDRA, la première fille d’INDI, aime tester les limites. Elle est très habile et sait très bien se servir de bâtons comme outils.

FARHA (f) : Née le 3.5.2005. Au zoo de Zurich depuis sa naissance. Poids 2580 kg. Parents: MAXI et CEYLA-HIMALI.
FARHA, très différente de sa mère, se montre quant à elle plutôt casse-cou.

Le groupe d’éléphants du zoo de Zurich fait partie du Programme Européen d’Elevage EEP.
par Yoan
le Mer 04 Juin 2014, 19:30
 
Rechercher dans: Zoo de Zurich
Sujet: [Zoonaute archives] Le 7 juin 2014, ouverture du nouveau parc des éléphants au Zoo de Zurich (Episode 1)
Réponses: 0
Vues: 135

[Zoonaute archives] Le 7 juin 2014, ouverture du nouveau parc des éléphants au Zoo de Zurich (Episode 1)

Plus d’espace pour les [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], plus de proximité pour les visiteurs: le nouveau parc d’éléphants Kaeng Krachan marque un nouveau jalon dans l’histoire du zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Tandis que les éléphants sont plus libres de leurs mouvements, peuvent nager et avoir une vie sociale, les visiteurs du zoo ne les auront jamais côtoyés de si près. Le parc ouvrira ses portes samedi.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
Kaeng Krachan Elefantenpark © Zoo Zürich, Jean-Luc Grossmann

Le 7 juin 2014, le nouveau parc d’éléphants Kaeng Krachan du zoo de Zurich ouvrira ses portes aux visiteurs. Cet impressionnant parc paysagé, situé à l’est du zoo, permettra de découvrir les éléphants sous de nouvelles perspectives. Les visiteurs pourront ainsi observer la vie sociale de ces puissants animaux, les voir s’alimenter et même nager grâce à un aménagement permettant une vision subaquatique.

L’eau joue un rôle particulier dans le nouveau parc d’éléphants Kaeng Krachan. Les pachydermes, qui ont à leur disposition plusieurs bassins et douches répartis à l’intérieur et à l’extérieur du pavillon, profitent au maximum de ces équipements. Bons nageurs, les éléphants vivant en liberté n’hésitent pas à passer dans l’eau lors de leurs déplacements. Ils se baignent souvent afin de réguler la température de leur corps et de préserver la bonne santé de leur peau. Le nouveau parc leur permettra de renouer avec ces pratiques.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
Kaeng Krachan Elefantenpark © Zoo Zürich, Jean-Luc Grossmann

Protection des congénères vivant à l’état sauvage
Le nouveau parc d’éléphants tire son nom du parc national de Kaeng Krachan en Thaïlande. Le zoo de Zurich y soutient un projet de protection de l’éléphant d’Asie visant, entre autres, l’apaisement du «Human-Elefant Conflict». Ce conflit qui oppose les agriculteurs aux éléphants est la conséquence des ravages qu’infligent les éléphants sauvages lorsqu’ils traversent des plantations au cours de leurs déplacements dans la réserve. Des clôtures de protection ont été mises en place pour y remédier. Dans le parc d’éléphants Kaeng Krachan du zoo de Zurich, les visiteurs peuvent voir à quoi ressemble ce dispositif de protection et comment il fonctionne.

Nouvelle ère dans les soins apportés aux éléphants
Les six éléphants du zoo de Zurich ont emménagé dans leur nouveau parc à mi-mars. Ils ont ainsi eu letemps de s’habituer aux nombreuses nouveautés. D’une part, ils disposent de six fois plus de place et de nombreux points d’eau pour jouer et se baigner. Plus libres dans leurs mouvements, ils peuvent aussi vivre selon un schéma familial naturel. D’autre part, leurs rapports avec les soigneurs évoluent. Le «contact protégé» devient la norme, ce qui signifie que les soigneurs et les éléphants ne se tiennent plus dans le même espace. Les animaux peuvent ainsi développer plus librement leur structure sociale et les soigneurs y gagnent en sécurité.

Le groupe de six éléphants du zoo de Zurich s’agrandira bientôt. Un deuxième mâle va venir rejoindre MAXI (1969/70). INDI (1986) pour sa part attend son troisième petit qui complètera le groupe aux côtés de DRUK (1967), la femelle dominante, CEYLA-HIMALI (1975), CHANDRA (2002) et FARHA (2005).

Entièrement financé par des dons et legs
Le parc d’éléphants Kaeng Krachan a été rendue possible grâce à des dons et legs. 5500 donateurs ontsoutenu le projet avec des petites et grandes contributions. Dons provenaient aussi du « Zoofäscht » (pour le stalle pour le mâle), de la Société du Jardin Zoologique de Zurich (pour les composants de l’éducation) et des autres fondements.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
Kaeng Krachan Elefantenpark © Zoo Zürich, Jean-Luc Grossmann

Inauguration sous le signe de la Thaïlande

Le zoo de Zurich fête l’ouverture du parc d’éléphants Kaeng Krachan en organisant des journées spéciales sur le thème de la Thaïlande. Du 7 au 9 juin 2014, un programme varié autour de la gastronomie, de la musique et des danses thaïlandaises attend les visiteurs du zoo de 9h à 18h, et même 22h le samedi. Des panneaux fourniront des informations sur le parc et sur les éléphants. Un atelier « Papeterie » accueillera les plus jeunes.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
Kaeng Krachan Elefantenpark © Zoo Zürich, Jean-Luc Grossmann

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
Kaeng Krachan Elefantenpark © Zoo Zürich, Peter Bolliger

Le parc d’éléphants Kaeng Krachan – à ne pas manquer :
• Point d’observation subaquatique: une vitre permet d’observer l’évolution des éléphants dans l’eau.
• Pavillon de la Thaïlande: pour voir les éléphants manger de très près: un plancher en verre permet aux visiteurs de voir les éléphants remplir leur trompe à l’abreuvoir et, juste au-dessus de leurs têtes, se servir en foin placé sur le toit.
• Loto des éléphants: le mercredi et le dimanche, un éléphant tire au sort des numéros en soufflant de l’air avec sa trompe. Le gagnant aura le droit de lui donner une friandise.
• Présentations des animaux: tous les jours à 14h30, les soigneurs expliquent le comportement des éléphants et présentent leur parc.
• Kiosque de Pranburi: au menu, brochettes sauce satay, soupes et currys thaïlandais, lassi à la mangue fait maison et thé glacé.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
Kaeng Krachan Elefantenpark © Zoo Zürich, Jean-Luc Grossmann

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
Kaeng Krachan Elefantenpark © Zoo Zürich, Jean-Luc Grossmann


par Yoan
le Mer 19 Mar 2014, 18:59
 
Rechercher dans: Zoo de Zurich
Sujet: [Zoonaute archives] Les éléphants du Zoo de Zurich ont rejoint leur nouvelle maison
Réponses: 0
Vues: 147

[Zoonaute archives] Les éléphants du Zoo de Zurich ont rejoint leur nouvelle maison

Moins de trois mois avant l'ouverture officielle de la nouvelle installation des [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] « Kaeng Krachan », les éléphants viennent d’emménager dans leur nouvelle maison.

Les travaux de construction de la nouvelle installation des éléphants du Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] " Kaeng Krachan " touche à sa fin. Quelques finitions restent à finir mais les six éléphants du zoo ont rejoints leur nouvelle maison.

Les éléphants ont été entraînés dans la caisse de transport pour préparer le petit voyage. Le lundi matin, le premier éléphant à rejoindre sa nouvelle maison était la femelle INDI accompagné de sa fille CHANDRA puis ce fut le tour au mâle MAXI. Le mardi, ce fut le tour de DRUK, CEYLA-HIMALI et de sa fille FARHA. C’est l'entreprise Feldmann qui a effectué le transfert

Le transport s’est déroulé sans problème et sans bruit. L'objectif de ce voyage était d’avoir le moins de stress possible pour les éléphants. Les éléphants n'étaient pas nerveux, les soigneurs ont pu travailler dans le calme.

L’inauguration de " Kaeng Krachan " aura lieu le 7 juin 2014 à 11h00. Le Zoo de Zurich est sûr que les éléphants et le public seront comblés avec cette nouvelle installation du zoo.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo Zürich, Cordula Galeffi

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo Zürich, Cordula Galeffi

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo Zürich, Cordula Galeffi

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo Zürich, Cordula Galeffi

par Yoan
le Lun 09 Déc 2013, 18:33
 
Rechercher dans: Zoo de Zurich
Sujet: [Zoonaute archives] Ouverture dans 180 jours du nouvel espace des éléphants du Zoo de Zurich
Réponses: 0
Vues: 175

[Zoonaute archives] Ouverture dans 180 jours du nouvel espace des éléphants du Zoo de Zurich

Dans 180 jours, le 7 juin 2014, KAENG KRACHAN, le nouvel espace des [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ouvrira ses portes au public.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo Zürich, Enzo Franchini

Cet investissement marque une nouvelle ère dans le respect des éléphants. Ce projet est spectaculaire de par ses dimensions. La maison des éléphants possède une surface d’environ 5400 m² !

Les éléphants auront un environnement naturel et richement conçu. Ils devront faire face à de nombreux défis dans la recherche de nourriture. Même pour les visiteurs, ils pourront voir nager les éléphants !

Le premier résident de la nouvelle enceinte sera le jeune mâle THAI qui viendra du Tiergarten Heidelberg. Ensuite, les femelles DRUK, CEYLA-HIMALI, FARHA, INDI et CHANDRA, déménageront vers leur nouvelle maison. Puis viendra le tour de MAXI, le mâle.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo Zürich, Enzo Franchini

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo Zürich, Enzo Franchini

Une femelle gestante

Surprise, une des femelles est gestante. Pour savoir c’est qui, rendez-vous sur la page facebook du Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour participer au jeu. Le taux d’hormone a été confirmé par l’échographie. La petite trompe est bien visible. On ignore encore si c’est un mâle ou une femelle. La dernière naissance remonte en 2005.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo Zürich, Enzo Franchini
par Yoan
le Jeu 05 Déc 2013, 20:58
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] Début des travaux de l'espace des éléphants et du restaurant du Zoo de Bâle
Réponses: 0
Vues: 118

[Zoonaute archives] Début des travaux de l'espace des éléphants et du restaurant du Zoo de Bâle

Au Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], tous les efforts sont mobilisés pour préparer au mieux les travaux de construction du nouvel espace « Tembea » des [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et du réaménagement du restaurant. Les deux projets seront menés en parallèle. Le restaurant devrait rouvrir ses portes au printemps 2015 et le nouvel espace des éléphants devrait être prêt fin 2016.

Au Zoo de Bâle, les travaux de réaménagement du restaurant et de construction du nouvel espace pour les éléphants débuteront en janvier. La plupart des arbres ont déjà été abattus début novembre. Aujourd'hui, il ne reste plus qu'à installer une rampe d'accès au chantier, ainsi qu'un restaurant provisoire. En raison des travaux, l'éléphant mâle Yoga a quitté temporairement le zoo le 23 octobre. Cependant, les femelles éléphants resteront quant à elles à Bâle pendant toute la durée des travaux.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle

Le bien-être des visiteurs est garanti
Le restaurant du Zoo de Bâle fermera ses portes le 7 janvier 2014. À partir du 11 janvier et jusqu'à l'ouverture du nouveau restaurant, les visiteurs du zoo pourront se sustenter dans un restaurant provisoire. Entre le 7 et le 10 janvier, il leur sera possible de se restaurer dans la cafétéria située près de l'entrée du zoo. Dès la réouverture du bâtiment en 2015, le public pourra profiter d’un grand restaurant self-service avec vue sur l’espace des éléphants. Par ailleurs, la salle de l’ancien restaurant située au premier étage sera transformée en salle polyvalente. La salle polyvalente, un grand foyer et des salles de conférence seront mis à la disposition d'évènements, de banquets et de séminaires.

Vue sur l'espace des éléphants
Le restaurant self-service situé au rez-de-chaussée va être agrandi. Il comportera à l'avenir une partie où les convives seront servis à table, ainsi qu'un espace de jeux pour les enfants. Une grande surface vitrée offrira désormais aux clients une belle vue sur l'espace des éléphants. L'espace extérieur du restaurant sera surélevé d'un étage grâce à une grande terrasse. Des salles de formation seront installées sous cette dernière et une grande aire de pique-nique, ainsi qu'un stand de nourriture à emporter seront construits devant la terrasse.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle

Les Lémurs cattas déménagent
Le nouvel espace « Tembea » des éléphants va permettre d'améliorer considérablement les conditions d'élevage des éléphants. Avec 5 000 mètres carrés d'espace disponible, ces derniers bénéficieront d'une superficie plus de deux fois supérieure à la surface actuelle. Le public pourra observer les éléphants évoluer librement dans leur pavillon, ainsi que dans la savane aménagée de façon à se rapprocher le plus possible de leur habitat naturel. L'îlot actuel des Lémurs cattas sera déplacé dans cet espace. Ils disposeront d'un nouvel espace sur une île située au milieu d'un étang, devant le restaurant. Pendant la durée des travaux, ils emménageront dans le pavillon des singes. L'aire de jeux actuelle du restaurant sera conservée et réaménagée.

Le moins de restrictions possible
Courant 2014, le canal Rümelin sera décalé et le mur du fond de l'espace des éléphants, ainsi qu'une grande partie du mur d'enceinte du zoo seront refaits. Par la suite, il s'agira principalement d'aménager les espaces extérieurs. Par mesure de sécurité, le trottoir longeant le zoo sera bloqué durant les travaux. Pendant cette période, le Zoo de Bâle fera tout son possible pour que les visiteurs puissent continuer à observer les éléphants. Le pavillon des éléphants ne sera toutefois accessible que par intermittence et pour des raisons de sécurité, le chantier sera en grande partie fermé au public.

Les croquis du projet
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle




par Yoan
le Mer 25 Sep 2013, 18:39
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] Le Zoo de Bâle a obtenu le permis de construire pour l’espace des éléphants
Réponses: 0
Vues: 119

[Zoonaute archives] Le Zoo de Bâle a obtenu le permis de construire pour l’espace des éléphants

Le Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a obtenu le permis de construire pour le nouvel espace des [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] «Tembea». Si aucun recours n’est déposé contre l’octroi du permis de construire, les travaux pourront commencer dès octobre 2013. Le nouvel espace devrait ouvrir ses portes à l’automne 2016. Les quatre femelles éléphants resteront au Zoo de Bâle pendant toute la durée des travaux, tandis que le mâle Yoga sera hébergé par le Zoo de Boras, en Suède, pendant cette période.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle

Le nouvel espace va permettre d’améliorer considérablement les conditions d’élevage des éléphants. Avec 5 000 mètres carrés d’espace disponible, ces derniers bénéficieront d’une superficie plus de deux fois supérieure à la surface actuelle. Le public pourra observer les éléphants évoluer librement dans leur pavillon, ainsi que dans la savane aménagée de façon à se rapprocher le plus possible de leur habitat naturel. Grâce à l’emplacement du nouvel espace des éléphants en bordure du zoo, trois vastes espaces extérieurs pourront être construits. Ils seront chacun dotés d’un revêtement différent au sol. Des rochers, des îlots d’arbres, des troncs d’arbres, des bassins de baignade et des distributeurs de nourriture seront installés dans l’espace pour s’assurer que les animaux s’occupent et se dépensent. Le directeur du zoo, Olivier Pagan, se réjouit de l’obtention du permis de construire accordé le 25 septembre par l’Inspection des constructions: «Nous pouvons désormais mener simultanément les projets du restaurant et de l’espace des éléphants, ce qui permet de réduire la durée des travaux».

Si aucun recours n’est déposé contre l’octroi du permis de construire, les premières machines de construction arriveront sur site au mois d’octobre et le nouvel espace thématique «Tembea» devrait ouvrir ses portes en 2016. Outre les éléphants, le nouvel espace doit également accueillir des pintades et des cigognes blanches dans l’espace extérieur, ainsi que des fourmis moissonneuses et des rats bruns à l’intérieur du pavillon. À l’intérieur de la grange et sur ses murs seront installés des nids pour les hirondelles et les espèces de la famille des martinets. Des abris pour les chauves-souris seront également créés par la suite. Une partie des 28 millions de francs nécessaires à la réalisation du projet est déjà disponible. Le Zoo renouvelle son appel aux dons pour récolter les huit millions manquants.

Les femelles éléphants Maya (18), Rosy (17), Heri (36) et Malayka (41) resteront au Zoo de Bâle pendant la durée des travaux. Pendant cette période, le mâle Yoga (16) sera, quant à lui, accueilli au Zoo de Boras, en Suède. Les travaux prévus sont nécessaires, d’une part, en raison de la vétusté du pavillon et, d’autre part, car la nouvelle méthode d’élevage des éléphants sans contact direct avec l’homme requiert une toute nouvelle infrastructure.
par Yoan
le Mer 10 Avr 2013, 20:12
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] Les éléphants du Zoo de Bâle bénéficieront d’un nouvel espace
Réponses: 0
Vues: 191

[Zoonaute archives] Les éléphants du Zoo de Bâle bénéficieront d’un nouvel espace

La construction du nouvel espace pour les [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] du Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] commencera au mois d’août. Le nouvel enclos s’étendra sur près de 5 000 mètres carrés, ce qui est plus de deux fois la taille de l’ancien espace. Il sera composé de plusieurs espaces extérieurs et d’un nouveau pavillon pour les animaux. Les roulades dans la boue, les bains, les douches et d’autres activités rythmeront le quotidien des éléphants. Une partie du budget du projet de 28 millions CHF a déjà été trouvée. Un appel aux dons est lancé pour les dix millions restants. Le nouvel espace devrait être prêt à l’automne 2016. Outre les éléphants, il doit également accueillir des pintades, des cigognes blanches, des fourmis moissonneuses et des rats bruns.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle

La construction du nouvel espace pour les éléphants du Zoo de Bâle commencera au mois d’août. Les femelles éléphants, Maya (18), Rosy (17), Heri (36) et Malayka (41) et le mâle Yoga (16) peuvent se réjouir de l’agrandissement de leur habitat, qui passera de 2 000 à 5 000 mètres carrés. Des bassins et des douches sont constamment à la disposition des éléphants. L’espace divisible en plusieurs parties, les rochers artificiels et les îlots de verdure garantissent une meilleure structure de l’enclos et permettent également aux éléphants de se gratter et se frotter. Les douves séparant les animaux du public pourront de nouveau être utilisées par les animaux. L’objectif est que le mâle et les femelles puissent partager de temps en temps la totalité de l’espace. L’ensemble de l’espace, y compris les zones non accessibles aux éléphants, comme les douves, les bordures et les locaux techniques, s’étend sur 10 000 mètres carrés. Pendant la durée des travaux, les femelles éléphants resteront au Zoo de Bâle. Quant au mâle Yoga, des discussions sont en cours pour décider d’un éventuel séjour temporaire dans un autre zoo. L’ouverture du nouvel espace est prévue à l’automne 2016.

Une plus grande liberté de décision pour les éléphants
Le nouvel espace présentera plusieurs avantages, aussi bien pour les visiteurs que pour les éléphants : le public pourra observer les éléphants dans leur hall de détente, pendant leur séance de dressage ou encore lors de leur recherche de nourriture, de leur bain ou durant leur toilette qui auront lieu dans l’espace extérieur aménagé pour ressembler le plus possible à la savane. Toutes les parties du nouvel espace seront accessibles aux femelles et au mâle éléphant, afin de leur offrir un habitat plus diversifié. Le changement du mode de captivité vers un « contact protégé » signifie que les animaux ne seront plus dominés par l’homme et disposeront de plus de liberté pour faire ou pas ce qu’ils souhaitent. Les soigneurs n’auront qu’un contact limité avec les animaux. La planification de ces changements a représenté un défi de taille. « En raison de leur intelligence, de leur structure sociale complexe, du superbe instrument que représente leur trompe et ne serait-ce qu’à cause de leur taille, la planification d’un espace réussi devait répondre à des exigences très strictes », explique le conservateur, Stefan Hoby.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle

Recherche de dons
Sur les 28 millions nécessaires à la réalisation du projet, le zoo dispose déjà de 18 millions CHF. Jusqu’à présent, les fonds proviennent principalement de successions et de dons importants. Les fonds manquants devraient, dans un premier temps, venir principalement de mécènes, puis être recueillis grâce à une campagne de récolte de fonds. En dernier recours, des mesures publiques seront mises en place. « L’éléphant est un animal qui inspire beaucoup de sympathie », explique le Directeur du zoo, Olivier Pagan. « Nous sommes très confiants quant à la récolte des fonds nécessaires. »

Une colocation avec des cigognes et des pintades
D’autres espèces animales investiront également le nouvel espace. Les éléphants partageront l’espace extérieur avec des pintades et des cigognes. Le nouveau pavillon des éléphants sera doté de terrariums destinés aux Rats bruns et aux Fourmis moissonneuses. En outre, il est prévu d’installer des lieux de nidification pour les oiseaux indigènes, tels que les Martinets noirs et les Hirondelles de fenêtre, ainsi que des couveuses pour les chauves-souris de la région. Les Lémurs cattas et les Tortues étoilées de Madagascar éliront domicile sur l’îlot situé devant le restaurant. L’îlot va être agrandi et équipé d’un abri couvert.

Divertissement des éléphants
L’actuel espace des éléphants a ouvert ses portes le 13 mai 1953. En 1985, il a été agrandi pour accueillir un enclos pour l’éléphant mâle, avec un espace extérieur séparé. La construction inscrite à l’ordre du jour est nécessaire, notamment en raison de la vétusté du pavillon. La nouvelle méthode d’élevage « libre » des éléphants, sans contact direct avec l’homme, requiert une infrastructure complètement différente. Les nouveaux exercices nécessitent beaucoup de place et les nouvelles techniques d’alimentation et de divertissement exigent davantage de portes afin que les passages entre les différents espaces soient modifiés tous les jours. Concernant leur activité quotidienne, les distributeurs de nourriture et les râteliers sont remplis de divers aliments, à des heures toujours différentes de la journée et les bassins, les douches et les souilles sont là pour pimenter le quotidien des éléphants.

Superficie de l’espace avant/après en m²
  • Espace pour l’éléphant mâle

Superficie extérieure : 450 avant. 1 030 (dont le bassin : 165) après
Superficie intérieure : 70 avant. 290 après
Superficie totale pour l’éléphant mâle : 520 avant. 1 320 après.

  • Espace pour les femelles éléphants

Superficie extérieure : 1 300 avant. 3 150 (dont le bassin : 250) après
Superficie intérieure :188 avant. 668,5 après
Superficie totale pour les femelles éléphants : 1488 avant. 3820 après
Superficie exploitable par les éléphants : 2008 avant. 5140 après
Superficie de l’ensemble de l’espace, dont les locaux techniques, les zones de séparation, etc. Env. 5’000 avant. Env. 10’000 après.

Groupe mandataire de l’espace pour les éléphants
Dietziker, Partner Baumanagement AG, Bâle
Schweingruber Zulauf, architectes-paysagistes, Zurich
Peter Stiner, architecte, Bâle

Récompenser au lieu de réprimander : une nouvelle méthode de dressage des éléphants
Une dresseuse se rend deux fois par an au Zoo de Bâle. Gail Laule est une experte reconnue dans son domaine. Elle enseigne au conservateur et aux soigneurs des éléphants du Zoo de Bâle le « dressage en contact protégé ». Dans le cadre du nouvel espace pour les éléphants, cette méthode doit remplacer le dressage actuel, qui permet aux soigneurs d’avoir un contact libre avec les femelles éléphants.

Le début des travaux de construction du nouvel espace pour les éléphants, prévu à l’automne 2013, est la raison du changement des méthodes de dressage du Zoo de Bâle. Les soigneurs travailleront désormais en « contact protégé » avec les éléphants. Pour des raisons de sécurité, cela est déjà le cas avec le mâle Yoga (16), depuis 2005. L’été dernier déjà, un mur d’exercice a été intégré au pavillon des éléphants. Depuis, les éléphants s’entraînent de manière assidue, car la nouvelle méthode de dressage devra être rodée lorsque le nouvel espace sera prêt, à l’automne 2016. L’objectif est de diriger les éléphants uniquement à l’aide de récompenses. Cela permet au soigneur de soigner les pattes et les éventuelles plaies des éléphants en évitant tout contact direct et aux vétérinaires de prélever des échantillons de sang ou d’effectuer des examens en toute sécurité.

Heri, l’élève modèle
Dans la phase actuelle, il est important de ne pas mélanger l’ancienne et la nouvelle méthode de dressage, car cela pourrait être dangereux. Pour l’instant, seuls les deux soigneurs principaux, Thomas Ruby et Michel Jan, qui connaissent le mieux les animaux, les dressent à l’aide de la nouvelle méthode. Par mesure de sécurité, ils travaillent actuellement uniquement avec la femelle dominante, Heri (36) et l’ancien éléphant de cirque, Malayka (41). Ces deux femelles sont plus dociles que les plus jeunes. Heri est particulièrement intelligente et connaît déjà tous les ordres. Malayka, en revanche, est un peu paresseuse et saisit seulement dans les grandes lignes ce que les dresseurs attendent d’elle. Dès que ces deux éléphants seront bien calés, Rosy (17) et Maya (18) prendront le chemin de l’école.

Récompenser au lieu de réprimander
La nouvelle méthode de dressage se base sur des réactions positives. Si l’animal exécute correctement un ordre (en général, l’animal touche un « Target », un bambou à l’extrémité souple), le soigneur le signale par un sifflement ou un clic et lui offre une friandise en guise de récompense. S’il n’exécute pas correctement l’ordre, il n’est pas puni. Le soigneur fait alors comprendre à l’animal que son comportement n’était pas le bon, en ne lui accordant aucune attention particulière et en ne lui donnant aucune récompense. Étant donné qu’avec le contact protégé l’homme ne doit plus endosser le rôle « d’animal leader », la hiérarchie du groupe et les comportements naturels sont respectés et renforcés. Toutefois, pour la sécurité des soigneurs, le besoin d’espace, ainsi que les frais de construction qu’il entraîne, seront plus élevés qu’avec l’ancienne méthode d’élevage.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle

Le dressage doit être amusant
Gail Laule va bientôt revenir au Zoo de Bâle, cette fois pour trois jours. Avant de dresser les animaux, les soigneurs et le conservateur doivent suivre une formation et apprendre à « lire » le comportement des pensionnaires. Le moindre signe qui indique que l’ordre a été correctement exécuté doit être récompensé. Ainsi seulement, l’animal sera disposé à adopter de plus en plus souvent le comportement souhaité. Il est important que les soigneurs utilisent le même langage et travaillent calmement avec les animaux. L’animal doit se sentir à l’aise à tout moment du dressage et coopérer de son plein gré, sans aucune contrainte.

Dressage des éléphants en contact protégé - Liste d’ordres
[Nom de l’éléphant] ici = appeler l’éléphant
Target = toucher le Target avec la tête
Trompe en haut = lever la trompe en l’air
Trompe en bas = baisser la trompe et arrêter tout jeu avec la trompe
Patte = toucher le Target avec la patte (sur le côté/devant)
Tenir = tenir la position demandée
Debout = rompre la position demandée
Reculer = reculer
Couché = se mettre sur le côté
Tourner = tourner de 180° (seul le mâle dans son enclos)
(Au Zoo de Bâle, c'est l'allemand qui est utilisé)

Remarques
Travailler dans une atmosphère calme et parler doucement et calmement. Confirmer immédiatement la bonne exécution d’un ordre en sifflant et en offrant une friandise comme récompense. Lors de l’apprentissage d’un nouvel ordre, seul le bon mouvement dans la bonne direction peut être récompensé. Lorsqu’une partie du corps de l’animal est touchée avec le Target, l’éléphant doit bouger cette partie en question en direction de l’objet.
par Yoan
le Lun 12 Nov 2012, 20:36
 
Rechercher dans: Zoo de Zurich
Sujet: [Zoonaute archives] Le Zoo de Zurich construit un nouvel enclos pour ses éléphants
Réponses: 0
Vues: 310

[Zoonaute archives] Le Zoo de Zurich construit un nouvel enclos pour ses éléphants

Présent depuis la création du Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] en 1929, les [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] d'Asie Maxi, Druk, Ceyla, Indi, Chandra et Fahra auront une nouvelle maison : Kaeng Krachen Elephantpark. Ouverture prévue au printemps 2014.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo Zürich, Corinne Invernizzi

Depuis mai 2011, le Zoo de Zurich construit une nouvelle installation pour ses éléphants et a mandaté un consortium dirigé par Implenia pour construire un toit en bois pour la maison des éléphants. La constrution de ce toit en bois véritable était un défi majeur notamment en raison de son design asymétrique. Enfin posé, il pourra laisser passer la lumière à l'intérieur de ce bâtiment grâce aux 270 ouvertures et même l’eau de pluie sera récupéré pour remplir les bassins.

Le nouvel enclos des éléphants (10.000 m²) sera six fois plus grand que l’ancien et grâce à une multitude de techniques, les éléphants devront rechercher leurs nourritures.

L'eau est un élément important dans la vie des éléphants. Les éléphants auront un accès libre aux différents points d’eau et aux douches. Il est possible que les visiteurs puisse aussi actionner le système de douches !

La piscine aura un volume de 800.000 litres d’eau et un vaste système de filtratration veillera à la qualité de l’eau.

Avec ce nouveau bâtiment, le Zoo de Zurich modifiera sa façon de travailler avec les éléphants. Auparavant, les gardiens étaient en contact direct avec les animaux mais avec ce nouvel outil de travail, les soigneurs seront en contact protégé. Les éléphants suivent des séances de medical training qui permet d'enseigner à l'animal à se laisser manipuler en toute confiance par le gardien afin de pouvoir intervenir plus facilement pour les soins vétérinaires.

Le Zoo de Zurich soutien un projet au Nationalpark Kaeng Krachan, en Thailande. Wildlife Conservation Society Thailand s’engage à désarmorcer le conflit entre les hommes et les éléphants et à protéger les éléphants.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo Zürich, Corinne Invernizzi

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo Zürich, Corinne Invernizzi

Sauter vers: