Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun

Août 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Calendrier

Statistiques
Nous avons 633 membres enregistrésL'utilisateur enregistré le plus récent est Diana QuentNos membres ont posté un total de 10411 messagesdans 6149 sujets

199 résultats trouvés pour bâle

par Yoan
le Mer 21 Sep 2016, 14:28
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Info Zoonaute] Trois choucadors royaux sont nés au Zoo de Bâle
Réponses: 0
Vues: 55

[Info Zoonaute] Trois choucadors royaux sont nés au Zoo de Bâle

Il est rare de pouvoir observer des choucadors royaux dans des zoos européens. L’éclosion de trois jeunes au Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] est donc un événement des plus réjouissants. Les choucadors royaux se distinguent par leurs couleurs étonnantes.
Lire l'article complet
par Yoan
le Mer 14 Sep 2016, 15:21
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Info Zoonaute] Entraînement chez les lions de mer au Zoo de Bâle
Réponses: 0
Vues: 53

[Info Zoonaute] Entraînement chez les lions de mer au Zoo de Bâle

Les femelles lions de mer du Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ont été consciencieuses et montrent ce dont elles sont capables. Même sauter d’un rocher est devenu très amusant. Leur entraînement s’avère important en cas d’examens médicaux éventuels. 
Lire l'article complet
par Yoan
le Mer 08 Juin 2016, 18:46
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] Un nouvel habitat pour la tortue alligator au Zoo de Bâle
Réponses: 0
Vues: 102

[Zoonaute archives] Un nouvel habitat pour la tortue alligator au Zoo de Bâle

Une [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] alligator peut être observée dans le vivarium du Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Cet animal semblant issu de la Préhistoire est un chasseur bien astucieux. La tortue alligator reste généralement immobile au fond des eaux et peut ainsi attendre sa proie pendant une heure.

Depuis peu, une tortue alligator occupe un nouvel espace dans le vivarium du Zoo de Bâle. Cette femelle de sept ans peut maintenant être admirée dans un terrarium rénové spécialement pour elle. Selon Thomas Jermann, conservateur du vivarium au Zoo de Bâle, l’apparence et le comportement de ce reptile en font « une espèce extraordinaire et une tortue bien inhabituelle. » Et cela à plusieurs titres : avec un poids pouvant atteindre les 100 kg, les tortues alligators sont de très grosses tortues d’eau douce. Elles sont aussi dotées d’une queue pouvant s’étirer à 50 cm et blindées d’une solide carapace bosselée. Ce blindage n’est pas une simple protection contre les prédateurs; il offre aussi un profilé idéal pour faciliter la nage. Jermann ajoute : « Une tortue alligator peut se montrer relativement agressive, c’est pourquoi elle évolue seule dans son terrarium. »

Un comportement de chasse particulièrement astucieux
À l’inverse de la plupart des tortues terrestres qui se nourrissent de plantes, les tortues d’eau sont carnivores. La tortue alligator a développé un comportement de chasse très astucieux. Elle reste tranquillement tapie, gueule ouverte, au fond de son plan d’eau ou même cachée dans la boue. Elle patiente jusqu’à une heure sans reprendre sa respiration. Au bout de sa langue, un remarquable appendice en forme de ver leurre les poissons. Dès qu’un poisson entre dans la gueule de la tortue pour s’emparer du prétendu ver, il est aussitôt avalé. Les tortues alligator se nourrissent aussi d’oiseaux aquatiques, de grenouilles, de serpents, d’autres tortues d’escargots, de vers et d’insectes.

Les tortues alligators sont originaires des États-Unis et vivent généralement dans les fonds boueux des rivières, des ruisseaux et des lacs. Toute leurs frayères se déversent dans le Golfe du Mexique. La tortue alligator a été fortement chassée dans son aire de répartition d’origine. Les changements anthropiques ont également contribué au recul de sa population au 20e siècle. Elle est aujourd’hui « modérément menacée ».
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle
par Yoan
le Mer 09 Mar 2016, 16:05
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Info Zoonaute] Un comité de patronage pour l’Ozeanium du zoo de Bâle
Réponses: 0
Vues: 117

[Info Zoonaute] Un comité de patronage pour l’Ozeanium du zoo de Bâle

Des personnalités célèbres du monde politique, économique et social épaulent le zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] dans la réalisation de son projet d’aquarium géant, l’Ozeanium, un centre consacré à l’éducation et à la durabilité. L’ancien conseiller d’État bâlois et président de Swiss Olympic Jörg Schild préside le comité en phase de création.

Le projet [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] du zoo de Bâle entamera une phase décisive dans les mois à venir: après la procédure de mise à l'enquête publique, le Grand Conseil de Bâle décidera à l'automne prochain du plan de construction, et la publicité pour le grand projet innovant continuera. Un comité de patronage s’est constitué sous la direction de Jörg Schild, ancien conseiller d’État bâlois et président de Swiss Olympic, afin de soutenir ce processus.

Ambassadeur du zoo de Bâle
Le comité de patronage renforcera la crédibilité de l’idée de projet et apportera la notoriété et l’attention nécessaire pour créer des liens avec des donateurs importants; en qualité d’ambassadeur, le comité assurera la bonne réputation du projet en créant un effet de mobilisation. Le comité de patronage est constitué de personnalités importantes issues du monde politique, économique et social, qui apportent leur soutien et leur cercle d’influence personnel au profit du zoo. Toutes ces personnalités ont le même souhait: créer un centre consacré à l’éducation et à la durabilité qui renforcera la notoriété de Bâle comme centre d’éducation et portera son attractivité bien au-delà des frontières nationales.

Le comité de patronage du zoo de Bâle continuera à s’agrandir au cours des prochains mois. À ce jour, les personnes suivantes en font partie:
- Jörg Schild (président), président de Swiss Olympic et ancien conseiller d’État bâlois
- Urs Berger, président du CA de la Mobilière assurances
- Dr Andreas Burckhardt, Baloise Holding AG
- Christian Egeler, président du Grand Conseil BS 2014/15
- Daniel Egloff, directeur Basel Tourismus
- Dr Jeanne Fürst, animatrice et médecin vétérinaire
- Danièle Gross, membre de la direction Theatergenossenschaft Basel
- Dr Claude Janiak, conseiller des États BL et avocat
- Erik Juillard, fondateur et producteur Basel Tattoo
- Toya Krummenacher, députée PS BS
- Guy Lachapelle, CEO Basler Kantonalbank
- Dr Claude Martin, ancien directeur WWF international
- Ruth Metzler, ancienne conseillère fédérale, membre de plusieurs conseils d’administration et amatrice de plongée
- Dr Peter Schmid, ancien conseiller d’État BL et président Freundeverein Zoo Basel
- Prof. Hans-Peter Schreiber, professeur d’éthique à l’EPF de Zurich
par Yoan
le Jeu 16 Juil 2015, 18:50
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] Trois lionceaux au Zoo de Bâle
Réponses: 6
Vues: 81

[Zoonaute archives] Trois lionceaux au Zoo de Bâle

Des [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] sont nés au Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Les trois petits, qui n’ont pas encore de noms, sont nés entre le 28 mai et le 15 juin dans les coulisses du zoo. La première à mettre bas fut Okoa (13 ans), qui eut deux petits, suivie deux semaines plus tard par Uma (13 ans) qui donna naissance à un jeune mâle. Les deux mères ont accueilli leurs petits dans la même caisse de mise bas et s’en occupent aussi ensemble. La population de lions à l’état sauvage a fortement baissé au cours des dernières années. Un projet d’élevage, auquel participe le Zoo de Bâle, a donc été mis sur pied par les zoos européens. Le Zoo de Bâle soutient également un projet de protection des [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] au Kenya.

[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle

Comme dans la nature, les deux lionnes ont donné naissance à leurs petits à quelques jours d’intervalle et s’occupent ensemble des trois lionceaux. Mbali (13 ans), le père des lionceaux, s’est dès la première portée révélé être un père amical et joueur. Les plus âgés commencent à entreprendre régulièrement quelques courtes expéditions dans l’enclos extérieur. Les jours de chaleur, ils quittent essentiellement la fraîcheur de leur abri aux premières heures de la matinée ou en fin d’après-midi. L’espace intérieur est caché aux visiteurs, mais un écran placé dans le pavillon Gamgoas permet d’observer la nurserie des lions.

Les lions bâlois ont de bons gènes
La population des lions d'Afrique ayant fortement baissé au cours des dernières années, l’EAZA (Association européenne des zoos et des aquariums) a mis en place en 2012 un programme européen d'élevage (EEP) avec des lions provenant de la région située au sud du Sahara. En raison de l’origine sauvage de leurs parents, les lionceaux bâlois sont particulièrement intéressants pour ce programme d'élevage. Mbali, Okoa et Uma sont issus de réserves naturelles situées au nord-ouest de l’Afrique du Sud, où les lions sont venus de Namibie. Comme l'espèce se reproduit très bien dans cette région, certains individus ont pu être transférés au Zoo de Bâle.

[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle

Les temps sont durs pour les lions d’Afrique
Dans la nature, les lions d’Afrique vivent une période difficile. La perte d’habitat, les conflits avec l’homme, la chasse au trophée et les maladies anthropiques transmises par les animaux domestiques et d'élevage ont fortement affecté le roi de la savane. C’est pourquoi le Zoo de Bâle soutient la « Big Life Foundation » qui s’engage pour la protection de l’écosystème Amboseli-Tsavoau au Kenya. Un programme offre une indemnisation aux Massaïs lorsque leur bétail a été décimé par des lions ou d'autres carnivores. Par ailleurs, la « Big Life Foundation » encourage les jeunes guerriers massaïs à participer aux Jeux olympiques massaïs, en alternative à la chasse au lion traditionnelle.

[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle



par Yoan
le Jeu 09 Juil 2015, 00:52
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] Le lézard crocodile de Chine, une rareté pour la première fois présentée au Zoo de Bâle
Réponses: 0
Vues: 81

[Zoonaute archives] Le lézard crocodile de Chine, une rareté pour la première fois présentée au Zoo de Bâle

Des [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] de Chine peuvent être observés depuis début juillet au Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], et c’est une grande première. Menacée, cette espèce de lézard est assurément l’un des reptiles les plus rares. Il n’en reste probablement que quelques centaines dans la nature. Voilà environ deux ans que six spécimens sont arrivés au Zoo de Bâle et ils vivaient jusque très récemment dans les coulisses du vivarium. Depuis, onze petits sont nés.

[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle

Les lézards crocodiles viennent de recevoir leur propre terrarium dans l’enceinte du zoo. Un mâle et deux femelles y ont emménagé le 4 juillet. La présence d’une belle étendue d’eau est essentielle pour les lézards crocodiles. Ils dépendent grandement des plans d’eau, aux abords ou dans les profondeurs desquels ils vont chercher leur nourriture. Après le bain, les reptiles se réchauffent sur une branche surplombant l’eau. La température du terrarium est très importante: contrairement à tous les autres reptiles du vivarium, les lézards crocodiles évoluent dans un climat tempéré, où les nuits sont très fraîches. Une ouverture pratiquée dans le plafond du terrarium permet donc de faire baisser la température.

Des lézards très particuliers
À l’exception de la tête, les lézards crocodiles chinois ressemblent à des mini crocodiles. Leur nom leur vient effectivement des écailles de leur queue qui rappellent fortement celles des crocodiles. Les lézards crocodiles chinois surprennent par certains comportements particulièrement inhabituels pour des reptiles. Ils séjournent par exemple surtout dans l’eau et peuvent rester plus d’une demi-heure en totale immersion. Ils muent aussi dans l’eau et se nourrissent essentiellement d’insectes et d’espèces aquatiques, tels que les crabes, les petits amphibiens, les têtards et les vers. Au zoo, ils reçoivent principalement des insectes élevés au sein même de l’établissement, comme des asticots, des grillons, des sauterelles ou encore des vers de terre. Les adultes se nourrissent trois fois par semaine, les jeunes, une fois par jour. À l’inverse de la plupart des reptiles, le lézard crocodile est vivipare et ne pond donc pas d’œufs. Chaque portée compte de cinq à quinze petits de dix à quinze centimètres de long.

Plus que quelques individus dans la nature
Subissant une chasse illégale et la destruction de son habitat, le lézard crocodile de Chine rejoint désormais les rangs des plus rares reptiles de la planète. Il n’en reste que quelques centaines d’exemplaires dans leur zone de répartition, dans le sud de la Chine et au Vietnam. Ils sont classés comme menacés par l’IUCN (International Union for Conservation of Nature and Natural Resources). Plusieurs espaces protégés ainsi que des restrictions commerciales ont été instaurés afin de renforcer la protection de cette espèce rare. Leur survie est assurée grâce à des élevages en captivité. À l’heure actuelle, près de cent spécimens vivent dans 22 zoos européens. 58 jeunes sont nés au cours des douze derniers mois dans le monde entier, dont onze au Zoo de Bâle. Le lézard crocodile de Chine a été découvert en 1928 et décrit dans la littérature scientifique en 1930.

[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle
par Yoan
le Jeu 09 Juil 2015, 00:48
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] Premières naissances depuis 15 ans chez les harfangs des neiges au Zoo de Bâle
Réponses: 0
Vues: 59

[Zoonaute archives] Premières naissances depuis 15 ans chez les harfangs des neiges au Zoo de Bâle

Pour la première fois depuis 15 ans, le Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] accueille une couvée de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] des neiges. Les premiers des six oisillons ont brisé leurs coquilles le 20 juin. Pour se rafraîchir par ces chaudes températures, les parents et leurs petits halètent le bec ouvert. Les jeunes aiment aussi s’étendre bien à plat sur le sol frais. L’après-midi, au plus chaud de la journée, un grand arbre jette une ombre bienvenue sur le nid.

Six harfangs des neiges sont nés au Zoo de Bâle, le 20 juin pour les trois premiers et deux jours plus tard pour les derniers. Les oisillons de la deuxième éclosion sont encore relativement plus petits que leurs aînés, mais commencent déjà à s’aventurer dans leur environnement. La nourriture est apportée par le mâle, pendant que la femelle reste dans son nid et protège les petits. Trois fois par jour, le soigneur complète le menu par des souris et des poussins. Il doit cependant veiller à ne pas trop s’approcher des petits, farouchement défendus par le mâle. Comme dans la nature, les oisillons les plus gros et les plus affamés sont nourris avant les plus petits. La survie des plus forts serait ainsi assurée si la nourriture venait à manquer, mais tous ont de bonnes chances de survivre au Zoo de Bâle où la nourriture est disponible en abondance.

De parfaits chasseurs

Les harfangs des neiges sont originaires du Grand Nord, mais ils ne couvent que dans l’extrême Nord du globe. La nourriture y est en effet plus abondante, mais surtout, aucun prédateur n’y menace cette chouette qui niche directement sur le sol. Les petits commencent à s’aventurer hors du nid deux semaines après l’éclosion. Au bout de 20 à 28 jours, ils quittent définitivement le nid, et cela même s’ils ne savent pas encore voler. Vers le 35e jour de vie environ, ils tentent leur premier vol. Un art qu’ils maîtrisent parfaitement une fois âgés de quelque 50 jours. Les parents les nourrissent pendant près de dix semaines, au bout desquelles ils doivent pouvoir se débrouiller. Les harfangs des neiges sont des chasseurs hautement spécialisés. Leur vol est très silencieux et leur ouïe est extrêmement développée. Ils localisent avec une très grande précision leurs proies, même sous la neige.

Les animaux du zoo et les journées de fortes chaleurs
Le plumage des harfangs des neiges les protégeant aussi bien de la chaleur que du froid, ils sont parfaitement aptes à supporter les températures élevées. Mais s’il fait extrêmement chaud, le nid doit être placé bien à l’ombre. En revanche, les manchots papous, qui ont actuellement quatre petits, ne supportent pas du tout la chaleur. Comme un réfrigérateur, leur enclos doit être maintenu à 10° Celsius sous peine de surchauffe. Pour d’autres animaux du zoo, la météo actuelle est simplement idéale. C’est le cas des ânes sauvages de Somalie, les spécialistes de la régulation de la température. Ils occupent la brousse aride et les paysages de steppes d’Éthiopie, d’Érythrée et de Somalie, où les conditions climatiques sont très rudes avec des températures atteignant les 50° Celsius. Ce que nous qualifions de vague de chaleur est pour eux une partie de plaisir. Comme les êtres humains, la plupart des espèces animales peuvent très bien s'accommoder de différentes conditions climatiques. L’activité est donc tout à fait normale au Zoo les jours de chaleur, même si la moindre place ombragée est très convoitée et que les choses sont plus paisibles. Exactement comme pour nous, les humains.

[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle
par Yoan
le Jeu 09 Juil 2015, 00:45
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] De jeunes panthères des neiges au Zoo de Bâle
Réponses: 0
Vues: 78

[Zoonaute archives] De jeunes panthères des neiges au Zoo de Bâle

Trois [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] des neiges sont nées au Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] le 29 mai, mais elles ne se montrent que très rarement. Les parents de ces deux mâles et de cette femelle sont Mayhan (9 ans) et Pator (8 ans).

Jusqu’à récemment, les petits ne sortaient pas de la grotte du rocher, mais aujourd’hui et à la surprise générale, ils sont brièvement apparus dans l’enclos extérieur. Par ces chaudes journées, ils resteront très certainement confinés dans l’espace intérieur, qui n’est pas visible des visiteurs. Les panthères des neiges sont suivies par un Programme européen d'élevage et de conservation (EEP) auquel participe le Zoo de Bâle.

La dernière naissance au Zoo de Bâle remonte à 2011. Comptant ces trois félins, qui n’ont pas encore été baptisés, le Zoo de Bâle a élevé 33 jeunes panthères des neiges au total. Il existe un Programme européen d'élevage et de conservation (EEP) pour les panthères des neiges. Dans leur milieu naturel, seuls 4000 à 6000 de ces très farouches félins des hauts plateaux ont survécu à la chasse livrée par l’homme.

Les panthères des neiges vivent en solitaire, une condition essentielle pour survivre dans leurs montagnes d’Asie centrale. La végétation étant très aride à ces hauteurs, l’offre en nourriture, composée de bouquetins, markhors, moutons bleus et petits rongeurs, est très mince. Chaque animal occupe donc un territoire de chasse de plus de 100 km². Grâce au couple composé par Mayhan et Pator, le Zoo de Bâle contribue à la conservation de ce gros félin dans le cadre du programme d’élevage et de conservation.

[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle
par Yoan
le Jeu 02 Juil 2015, 19:36
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] Des oiseaux du soleil au Zoo de Bâle
Réponses: 0
Vues: 94

[Zoonaute archives] Des oiseaux du soleil au Zoo de Bâle

Le soleil est aussi de mise au Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] en ce moment. Les visiteurs ont les yeux éblouis par trois «oiseaux du soleil»: le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] à joues argentées, le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] jaune et le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] soleil.

Le Caurale soleil (Eurypygna helias) tient son nom du dieu grec du soleil, Helios. Il déploie ses plumes en éventail pour menacer ses ennemies, mais aussi pour s’adonner à l’une de ses activités préférées: le bain de soleil. Le Caurale soleil vit dans les plaines et les collines d’Amérique centrale et d'Amérique du Sud, jusqu’à 1800 m d’altitude environ. Il s’installe dans les forêts tropicales, près des lacs et des cours d’eau.

[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
Caurale soleil © Zoo de Bâle

Le Léiothrix jaune est originaire d’une région allant du sud de la Chine, de l’Asie du Sud-Est et du nord de l’Inde jusqu’au nord-ouest de l’Himalaya. Il a, lui aussi, un penchant affirmé pour le soleil. Il aime se baigner, puis se prélasser longuement sous les rayons du soleil.

[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
Léiothrix jaune © Zoo de Bâle

Il retrouve d’ailleurs un de ses proches parents dans le Pavillon des oiseaux, le Mésia à joues argentées, dont le superbe plumage présente des motifs aux couleurs du soleil.

[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
Mésia à joues grises © Zoo de Bâle
par Yoan
le Jeu 25 Juin 2015, 18:51
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] Deux nouvelles espèces de tisserins à découvrir au Zoo de Bâle
Réponses: 0
Vues: 53

[Zoonaute archives] Deux nouvelles espèces de tisserins à découvrir au Zoo de Bâle

Rares sont les espèces d’oiseaux maîtrisant aussi bien l’art de construire un nid que celles de la famille des plocéidés. Deux nouvelles espèces représentantes de ces architectes viennent d’emménager au Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] : un groupe de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] gendarmes vit désormais dans le pavillon des oiseaux et des tisserins napoléon se sont installés près des crocodiles du Nil, dans le pavillon Gamgoas. Si les tisserins gendarmes mâles attirent surtout l’attention par leurs nids artistiquement élaborés en forme de boules, les tisserins napoléon, ou euplectes vorabés, tentent d’attirer les femelles par de spectaculaires parades nuptiales.

Actuellement, quatre espèces de plocéidés vivent au Zoo de Bâle. Depuis l’ouverture du pavillon Etosha en 2001, des dizaines de républicains sociaux œuvrent inlassablement à la construction de leur énorme nid communautaire. Les tisserins du Cap se spécialisent davantage dans les nids individuels, à l’instar de leurs cousins récemment arrivés, les tisserins napoléon et les tisserins gendarmes.

À découvrir: les tisserins napoléon et les tisserins gendarmes
Le groupe de tisserins gendarmes n’ayant investi le pavillon des oiseaux qu’à la mi-mai, leurs nids ne sont encore qu’en début de construction. Les visiteurs attentifs pourront néanmoins les apercevoir affairés à l’élaboration de leurs œuvres d’art. Légèrement plus gros qu’un moineau, les tisserins gendarmes sont originaires d’Afrique du Sud.

Dans le pavillon Gamgoas, un petit groupe de tisserins napoléon a élu domicile en avril dans l’enclos des crocodiles du Nil et des mangoustes naines. La parade nuptiale de cette espèce est particulièrement amusante : lors de leurs vols de parade, les mâles d’un jaune presque d’or gonflent leurs plumes et fusent à travers l’enclos comme de petites balles de tennis. Leurs nids étant apparemment moins visibles que ceux des tisserins gendarmes, il est vraisemblable qu’ils souhaitent impressionner les femelles par cette parade plus que par leurs constructions. C’est surtout le matin, lorsque ces petits oiseaux noir et jaune sont particulièrement actifs, que les visiteurs peuvent assister à ce spectacle.

L’architecture comme arme de séduction
Les plocéidés sont connus pour leur grande maîtrise de l’art de construire des nids. Les espèces spécialisées dans la construction de nids individuels réalisent au printemps de véritables œuvres d’art pour s’attirer les faveurs des femelles. La femelle inspecte alors consciencieusement le nid, qui sera rejeté au moindre petit défaut. Si le nid est à son goût, elle prend alors en charge les travaux de finition en l’agrémentant de plumages et d’herbes fines. La couvaison est aussi laissée à la femelle. Pendant ce temps, le mâle se consacre à la construction d’un autre nid, dans l’espoir d’impressionner une autre femelle par ses talents.

Des nids artistiquement tressés

Vus de l’extérieur, les nids des plocéidés ne sont pas véritablement élégants. Ce sont des nids ronds et fermés présentant une ouverture latérale ou placée sous le nid. Ils pendent d’une branche ou sont construits entre différentes branches plus massives. Le mode de construction de ces nids est en revanche remarquable. Les mâles rassemblent des brins d’herbe ou de petites branches souples et commencent à tisser un cercle sur une branche de leur choix. Ils maintiennent pour cela, d’une patte, le brin à la branche puis l’enroulent soigneusement autour de la branche à l’aide de leur bec. Le brin est ensuite tressé avec d’autres brins pour former un anneau. Le tressage reprend autour de cet anneau, jusqu’à réaliser l’intégralité du nid. Cette construction tressée est extrêmement solide et offre une protection efficace contre les intempéries et les prédateurs.

[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
Tisserin gendarme © Zoo de Bâle

[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
Euplecte vorabé © Zoo de Bâle
par Yoan
le Jeu 18 Juin 2015, 19:30
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] Au Zoo de Bâle, les saïmiris jouent les équilibristes dans les feuillages
Réponses: 0
Vues: 77

[Zoonaute archives] Au Zoo de Bâle, les saïmiris jouent les équilibristes dans les feuillages

Les [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] du Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] sont actuellement très actifs dans leur îlot. Ils se déplacent agilement dans les buissons, grimpent aux arbres et cherchent leur nourriture. Entre les feuilles, les visiteurs ont souvent la chance d’apercevoir un petit, solidement accroché au dos de sa mère. Depuis 2013, le Zoo de Bâle coordonne le Programme Européen d'Élevage (EEP) des saïmiris.

Dès que le temps se réchauffera, les saïmiris du Zoo de Bâle pourront être observés dans les arbres et les buissons de l’enclos extérieur, où ils fouilleront sous les feuilles et sur les branches, à la recherche d’insectes et d’araignées. Les quatre femelles portant un petit sur le dos sont rompues à l’art de l’escalade acrobatique et aux exercices d’équilibres les plus périlleux. Pendant la gestation comme pendant l’allaitement, la mère doit se nourrir d’une plus grande quantité d’insectes pour couvrir ses besoins en protéines et en lipide, alors démultipliés. C’est pourquoi les petits naissent au printemps, au Zoo de Bâle, lorsque la quantité d’insectes présents dans la nature augmente.

Les femelles dominent
Dans la nature, les saïmiris vivent au sein de grands groupes pouvant compter jusqu’à 60 individus. Les groupes les plus importants rassemblent plusieurs femelles issues du même groupe de naissance, mais n’entretenant que peu d’échanges. Deux sous-groupes de femelles vivent ainsi à Bâle. Les mâles étant dominés par les femelles, ils se tiennent ensemble à l’écart d’elles ou en marge du groupe des groupes de femelles. Seule la période de reproduction leur offre l’occasion de se montrer dominants. Ils prennent du poids, rejoignent les femelles et s’accouplent avec elles.

Un nouveau mâle tous les quatre ans
Dans les zoos, il n’y a qu’un mâle par groupe de femelles. L’expérience des 35 dernières années a démontré que le mâle reproducteur d’un groupe devait être remplacé tous les quatre ans pour éviter toute consanguinité. Quelques zoos européens abritent des groupes exclusivement composés de mâles. Les jeunes y grandissent jusqu’à leur maturité sexuelle et, une fois suffisamment aguerris, ils sont transférés vers d’autres zoos afin d’assurer la descendance d’un groupe de femelles. Cet échange de mâles est coordonné par Programme européen d'élevage (EEP) dirigé par le Zoo de Bâle depuis fin 2013.

Les acrobates des forêts pluviales
Comme l’atteste leur nom scientifique, Saimiri boliviensis, ces primates aussi appelés singes-écureuils sont originaires de l’ouest du bassin amazonien, soit au Brésil, en Bolivie et au Pérou. Ils vivent dans les forêts pluviales où leur habitat s’entend généralement aux niveaux intermédiaires et inférieurs, et le plus souvent près d’un cours d’eau. Ils chassent des insectes et d’autres petits animaux dans les buissons et sur les branches ou se nourrissent de fruits et de fleurs. Contrairement aux autres singes d’Amérique du Sud, leur queue ne leur permet pas de s’accrocher et leur sert simplement de balancier.

[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle
par Yoan
le Jeu 11 Juin 2015, 10:59
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] La naissance difficile d'un zébu nain se conclut par un happy end au Zoo de Bâle
Réponses: 0
Vues: 43

[Zoonaute archives] La naissance difficile d'un zébu nain se conclut par un happy end au Zoo de Bâle

Publié le 9 mai 2012

Normalement, les animaux des zoos mettent bas sans aucune aide. Le 19 avril, le bébé [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Jamelia a fait exception au Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Il a dû être sauvé d'urgence par une césarienne. Aujourd'hui, Jamelia et sa maman Conny (3 ans) se portent à merveille. Au bout de quelques jours, le repos forcé de trois semaines en étable prescrit initialement par le vétérinaire s'est avéré caduque et les deux zébus ont peu rejoindre le reste du troupeau dans l'enclos extérieur du zoo pour enfants.

Au départ, le 19 avril, tout semblait bien aller pour la maman-zébu Conny, âgée de 3 ans. Mais à 19 heures, l'animalier du zoo pour enfants a signalé que, bien que Conny eût perdu les eaux à 16 heures et que le travail fût soutenu, la naissance n'avait toujours pas progressé. Les équipes ont rapidement compris qu'il serait nécessaire de recourir à une césarienne d'urgence. Vers minuit, le bébé femelle Jamelia a enfin été remis à sa mère. Le vétérinaire ayant prescrit trois semaines de repos en étable, Conny et Jamelia se sont remises incroyablement vite de cette épreuve. Toutes deux sont désormais visibles dans l'enclos extérieur du zoo pour enfants. Seule la cicatrice de la césarienne sur le flanc gauche de Conny vient encore rappeler la naissance peu commune de Jamelia.

Heureusement, les interventions d'aide à la naissance sont extrêmement rares au zoo de Bâle. En général, les animaux sauvages mettent bas pendant la nuit ou aux premières heures du jour. Le zébu nain est une race bovine utilisée principalement au Sri Lanka comme animal de trait. Au zoo pour enfants, ils partagent leur espace de vie avec des chèvres. Le petit troupeau se compose de Baijan, un mâle de 10 ans, et de 4 femelles.
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle
par Yoan
le Jeu 11 Juin 2015, 10:52
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] Une époque tourmentée dans l'enclos des zèbres du Zoo de Bâle
Réponses: 0
Vues: 42

[Zoonaute archives] Une époque tourmentée dans l'enclos des zèbres du Zoo de Bâle

Publié le 12 avril 2012

Un poulain [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et deux nouveaux individus venus d'autres zoos provoquent l'agitation chez les zèbres du Zoo de Bâle. La pouliche Jua, aux rayures marron et blanches, est le deuxième petit de Chambura (7). Les deux nouvelles recrues, Tibor et Nuba, ont été amenées au Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour des raisons génétiques. Une nouvelle naissance est attendue dans les prochains jours.

On ne peut pas dire que la pouliche zèbre, Jua, née le 11 mars au Zoo de Bâle s'ennuie. À peine avait-elle découvert l'enclos sur ses pattes frêles, que deux nouveaux zèbres sont arrivés : le 27 mars, Tibor (2), un jeune étalon d'un zoo hollandais et le 30 mars, Nuba (1 1/2), une jeune jument d'un élevage privé suisse. L'agitation a commencé lorsque les deux nouveaux ont fait connaissance avec le troupeau de zèbres de Bâle. Après quelques poursuites et quelques morsures, les deux groupes se sont vite rapprochés. Le jeune étalon a très rapidement investi le groupe.

Une relève tant attendue
Le 3 novembre dernier, une jeune jument est arrivée de France et le jeune étalon de Bâle a été transféré au Zoo de Gossau, pour y devenir le nouvel étalon reproducteur. L'échange a été fait pour des raisons génétiques. De plus, étant donné que deux des trois juments du zoo sont déjà très âgées, un rajeunissement du groupe devenait urgent. L'intégration de nouveaux individus est simplifiée dans un groupe comportant des animaux du même âge. Toutefois, introduire les nouvelles recrues à peu près en même temps représente un défi logistique. Le groupe est désormais au complet. On attend dans les prochains jours un nouvel heureux évènement : le ventre rond de Syberia annonce une naissance imminente.

Les chassés-croisés au sein du troupeau de zèbres
En Afrique, la patrie des zèbres des steppes, les troupeaux de zèbres ne conservent pas la même structure pendant des années. Cette dernière change régulièrement. Les jeunes animaux quittent le groupe à environ un an et demi, de nouvelles juments en âge de se reproduire rejoignent le troupeau et l'étalon peut être relayé par un mâle plus jeune. Ce roulement évite la consanguinité et assure ainsi la bonne santé des populations. Au zoo, les groupes sont constamment « mélangés » pour les mêmes raisons.
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle
par Yoan
le Mer 10 Juin 2015, 19:48
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] Phénomène rare : des tortues de Tornier ont vu le jour au Zoo de Bâle
Réponses: 0
Vues: 87

[Zoonaute archives] Phénomène rare : des tortues de Tornier ont vu le jour au Zoo de Bâle

Trois tortues de Tornier femelles ont simultanément accueilli leurs petits au Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Quatre tortues de Tornier ont vu le jour. Il s’agit d’un phénomène rare, car la reproduction des [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] de Tornier est très difficile. Outre le Zoo de Bâle, seuls six zoos européens ont réussi à faire éclore un total de 14 petits l’année passée.

[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle

Au Zoo de Bâle, trois tortues de Tornier femelles côtoyant un seul et même mâle ont pondu sept œufs en tout fin 2014. Les femelles peuvent pondre un œuf, beaucoup plus rarement deux, et cela deux à trois fois dans l’année.

Les œufs ont été disposés dans trois incubateurs différents et conservés pendant près de 160  jours dans le vivarium, dans le pavillon Etoscha et au domicile d’un soigneur du Zoo. Lors de l’incubation, les œufs étaient maintenus à une température d’environ 30° Celsius sur un substrat de vermiculite.

Les fleurs vives stimulent l’appétit et l’aventure
Dans sa coquille, la tortue de Tornier est repliée sur elle-même et sa carapace est très souple. Elle ressemble alors à une feuille de papier enroulée. Lorsqu’elle se libère de sa coquille en la rompant lentement à l’aide de son diamant, situé sur le bec, elle étire l’abdomen alors encore couvert du vitellus (jaune d’œuf) qui suffira à l’alimenter les premiers jours. Après quelques jours, les juvéniles commencent à se nourrir d’herbe et de graminées et ils s’aventurent en quête de fleurs vives, telles que les pissenlits. À peine écloses, les tortues sont de forme circulaire et pèsent en moyenne 15  grammes.

Les jeunes tortues de Tornier peuvent être observées au Zoo de Bâle, dans le pavillon Etoscha. Les juvéniles y sont régulièrement pesés et mesurés afin de contrôler leur bon développement.

D’autres éclosions sont attendues
Tout porte à espérer que d’autres jeunes brisent leur coquille au cours des prochaines semaines. Il est rare pour un Zoo de voir éclore autant de tortues de Tornier en une fois. Dans la nature, les tortues de Tornier vivent en populations isolées au Kenya et en Tanzanie. Les négociants prélevant très souvent des individus pour les vendre, le manque de partenaires de reproduction a mené à une décimation sérieuse de l’espèce. Les tortues de Tornier sont classées comme vulnérables par l’IUCN (International Union for Conservation of Nature).

[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle
par Yoan
le Mer 10 Juin 2015, 19:32
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] Un nouvel habitat au Zoo de Bâle pour les pogonas et les varans à queue épineuse
Réponses: 0
Vues: 46

[Zoonaute archives] Un nouvel habitat au Zoo de Bâle pour les pogonas et les varans à queue épineuse

Pour la première fois, des [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] à queue épineuse d’Australie peuvent être observés au Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Ces deux animaux encore jeunes vivent juste à côté du terrarium récemment installé pour les [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

Le vivarium accueille désormais des varans à queue épineuse. Depuis déjà quelques jours, ce superbe couple se sent parfaitement à son aise dans ce nouveau terrarium. Les varans à queue épineuse sont originaires du nord-ouest de l’Australie, où ils vivent principalement dans les régions sèches et rocheuses. Leur terrarium est donc pourvu de sable, de branches à escalader et de points chauds. Le varan à queue épineuse n’est qu’un représentant des très nombreuses espèces de petits varans vivant en Australie. Le varan à queue épineuse ne mesure que 70 centimètres environ et sa queue représente près des deux tiers de sa longueur.

Un agité bien sympathique
Les pogonas australiens peuvent déployer leur gorge épineuse qui ressemble alors à une barbe sombre. En gonflant ainsi la tête, ce saurien de quelque vingt centimètres ne manque pas d’impressionner ses congénères. Les barbus ne sont-ils pas des personnes respectables? Et pour parfaire le portrait, les hochements de têtes se doivent d’être énergiques, mais ils ne marquent pas pour autant une simple approbation: c’est la tête haute, et si possible perché plus haut que ses congénères, que le pogona marque son territoire. Ses hochements de tête, qui soulignent sa supériorité sur ses rivaux, sont aussi une forme de communication avec les siens. Le territoire définitivement conquis, la parade nuptiale peut démarrer. Les mâles hochent la tête et s’affrontent, les femelles opinent du chef en retour. Les individus soumis ou inférieurs agitent leur patte avant en effectuant de petits «moulinets». Les femelles n’accordent leur consentement qu’au champion, à savoir celui qui hoche la tête le plus énergiquement, qui aura alors le privilège de s’accoupler avec plusieurs femelles. Chaque saison, une femelle pond de quatre à vingt œufs dans le sable humide.

Les varans ont un excellent odorat
Les varans sont des prédateurs diurnes qui se nourrissent d’insectes, de reptiles, d’escargots ou encore de petits mammifères. Ils détectent facilement leur nourriture grâce à leur langue bifide, qui n’est rien d’autre qu’un organe olfactif supplémentaire. Le saurien darde sa langue et l’agite dans les airs pour capter les substances odorantes sur la surface humide de l’organe. De retour dans la gueule, la langue est introduite dans l’organe de Jacobson qui s’ouvre dans le palais, afin d’analyser les substances odorantes recueillies. Mais il y a plus étonnant encore: les deux moitiés de la langue fourchue sont analysées séparément, ce qui permet une localisation extrêmement précise de l’odeur. Présent chez de nombreux vertébrés, l’organe de Jacobson n’est que vestigial chez les hominidés

[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle
par Yoan
le Mer 03 Juin 2015, 16:11
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] Venez fêter la Journée mondiale de l'Océan au Zoo de Bâle !
Réponses: 0
Vues: 49

[Zoonaute archives] Venez fêter la Journée mondiale de l'Océan au Zoo de Bâle !

Le Vivarium du Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] accueille actuellement de magnifiques [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] bleues. Ce bel animal à la consistance gélatineuse et au nom scientifique harmonieux d’« Aurelia » est présent dans la plupart des mers du globe et constitue le parfait exemple de la façon dont l’ensemble des mers de la planète interagit grâce aux courants marins. Afin que la population d’un pays enclavé comme la Suisse prenne conscience de son lien avec la mer et que cette cause lui tienne à cœur, le Zoo de Bâle célébrera le World Oceans Day, la Journée mondiale de l’Océan, le 8 juin prochain avec un programme spécial.

[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle
Les méduses bleues sont présentes dans toutes les mers du globe, de l’Arctique jusqu’au Subantarctique. Son aire de répartition extrêmement vaste est due à son excellente capacité d’adaptation et à un système de reproduction un peu spécial: les méduses bleues adultes libèrent leurs œufs en pleine mer. De cet œuf, se développe une minuscule larve qui, après plusieurs semaines, se transforme en plancton et se fixe sur les fonds marins pour former un polype. Ce polype est asexué et se reproduit par bourgeonnement. En présence de conditions environnantes changeantes, ce dernier développe de petites excroissances, qui, arrivées à maturité, forment des méduses. Les méduses sont des habitants « panocéaniques » des mers du globe et leur répartition s’effectue grâce aux courants marins. Les modes de vie et de reproduction des méduses témoignent des échanges étroits qui s’opèrent entre les mers et les océans de la planète.

Journée mondiale de l’Océan - des récifs coralliens à Bâle
L’immensité des mers et des océans de la planète est mise à l’honneur lors de la Journée mondiale de l’Océan, célébrée le 8 juin par le Zoo de Bâle et de nombreux autres zoos et aquariums du monde entier. Lors de visites guidées du Vivarium, les experts expliqueront comment les récifs coralliens subissent les influences des activités humaines. Les visiteurs découvriront ainsi comment, même en tant qu’habitant d’un pays enclavé comme la Suisse, ils influencent le mode de vie des coraux et peuvent protéger les jardins sous-marins. Les travailleurs du zoo feront découvrir aux visiteurs les propres élevages de coraux du zoo et répondront à leurs questions. Des organisations de protection de la mer et leurs représentants seront présents sur place pour offrir un aperçu de leur travail.

Les visiteurs sont priés de bien vouloir s’inscrire par avance aux visites guidées organisées lors de la Journée mondiale de l’Océan, en appelant le +41 (0)61 295 35 35 (nombre de places limité).

Programme de la Journée mondiale de l’Océan :

13h30 - 17h30 : stand d’informations sur les coraux et Ocean Eye | Infomobil Vivarium
14h00 | 15h00 | 16h00 : Visites guidées de l’Ozeanium
14h00 | 15h00 | 16h30 : Visites guidées des coraux
par Yoan
le Mer 27 Mai 2015, 18:05
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] Naissance chez les mangoustes naines au Zoo de Bâle
Réponses: 0
Vues: 65

[Zoonaute archives] Naissance chez les mangoustes naines au Zoo de Bâle

À la fin de l’année dernière, dans l’enceinte des [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] du zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], cinq [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] naines ont pris leurs quartiers. Le petit prédateur semble s’y plaire : le 3 mars déjà, le soigneur découvrait des nouveau-nés. Grâce à leur silhouette petite et élancée, on peut encore bien distinguer les deux jeunes de leurs parents.

Les deux petits se promènent assidument avec les mangoustes naines adultes dans l’enceinte, enterrant des vers de farine et creusant dans la terre, tout en gardant toujours une distance respectueuse avec les crocodiles du Nil. Si un crocodile se hisse hors de l’eau pour rejoindre la terre ferme, le groupe entier évite cette zone. Les mangoustes naines observent très précisément si le reptile géant se déplace et si nécessaire, elles donnent immédiatement l’alarme. Tout le contraire des crocodiles. Ils ne s’intéressent pas le moins du monde à leurs cohabitants et ne montrent pas la moindre réaction en présence des petits prédateurs trottant aux alentours.

La mère des petits est vraisemblablement, comme cela est courant chez les mangoustes naines, la femelle dominante. Son partenaire est le second membre dominant, suivent ensuite les jeunes, d’un rang supérieur aux animaux plus âgés. De plus ; les femelles ont toujours un rang plus élevé que les mâles. Ce faisant, les mangoustes naines sont extrêmement pacifiques et serviables, on ne les voit pratiquement jamais se disputer. Tous les membres de la famille aident à l’élevage des suitées, même l’allaitement est pris en charge par d’autres femelles. Lors de la recherche de nourriture, un animal fait le guet tandis que les autres cherchent tranquillement de la nourriture. Si un ennemi approche, le guet informe ses congénères par un cri d’avertissement.

Les mangoustes naines du Sud habitent en Afrique. Elles peuplent une grande partie de l’Afrique de l’Ouest et du Sud. Elles habitent les savanes, les forêts clairsemées et les brousses, elles évitent les zones très arides. Les mangoustes naines ne pèsent pas plus de 400 grammes et font ainsi partie des plus petites espèces de mangoustes au monde.

[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle
par Yoan
le Mar 26 Mai 2015, 11:07
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] Les 20 ans de l'Afrique au Zoo de Bâle
Réponses: 0
Vues: 46

[Zoonaute archives] Les 20 ans de l'Afrique au Zoo de Bâle

Publié le 11 juillet 2012

L'un des espaces les plus appréciés du Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] fête son 20ème anniversaire. Depuis son inauguration, il y a eu du changement chez les [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], les [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et les [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Certains animaux, comme les hippopotames Wilhelm et Helvetia et quelques zèbres femelles sont là depuis le début. Cette année, des aménagements sont à l'ordre du jour pour les autruches.

Il y a 20 ans, le 12 juillet 1992, l'espace africain ouvrait ses portes au Zoo de Bâle. Un jeune couple d'hippopotames et un petit troupeau de zèbres ont été les premiers à s'y installer. Un an plus tard, les autruches les ont rejoints. Les hippopotames Wilhelm (22) et Helvetia (21) et deux femelles zèbres vivent encore aujourd'hui dans l'espace africain. Depuis son inauguration, neuf hippopotames, 37 zèbres et 240 autruches sont nés au Zoo de Bâle. Cette année, le pavillon des autruches va être modifié pour la première fois. En effet, à l'occasion de l'aménagement du pavillon des singes anthropoïdes, le quartier d'hiver des autruches va être agrandi et les jeunes bénéficieront d'un plus grand espace sans aucun zèbre.

Au maximum, l'espace africain a accueilli quatre hippopotames, neuf zèbres et douze autruches. Aujourd'hui, le zoo compte six zèbres, dont un zèbre étalon et un jeune. Les parents autruches, Manyara (20) et Baringo (19), qui se trouvent dans l'espace africain depuis 1999, élèvent des petits chaque année. Le 12 juin, Habari (1 ½), le dernier né de Helvetia et Wilhelm a rejoint le zoo de Pont-Scorff (France).
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle
par Yoan
le Mar 26 Mai 2015, 11:00
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] Les tortues du Zoo de Bâle jouent à cache-cache
Réponses: 0
Vues: 58

[Zoonaute archives] Les tortues du Zoo de Bâle jouent à cache-cache

Publié le 10 octobre 2012

Au cours des prochains jours, les [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] de Floride du Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] vont entrer dans une période d'hibernation bien méritée. Lorsque les températures descendent en dessous de 12°C, elles se tapissent au fond de l'eau fraîche du zoo jusqu'à ce qu'un rayon de soleil estival les réveille.

Les Tortues de Floride viennent d'Amérique du Nord, mais ces animaux tant convoités sont souvent aperçus dans les eaux suisses. La seule espèce de tortue suisse est la Cistude d'Europe et le Zoo de Bâle souhaite participer à sa réintroduction.

Toutefois, ce sont pour l'instant les Emydura subglobosa, originaires de Nouvelle-Guinée qui sont élevées dans les coulisses du Vivarium. Depuis 1983, près de 1 200 bébés de cette espèce de tortue sont nés au Zoo de Bâle.
Tortues de Floride
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle

Emydura subglobosa
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle
par Yoan
le Mar 26 Mai 2015, 10:53
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] Carnet rose chez les tamarins lions dorés au Zoo de Bâle
Réponses: 0
Vues: 47

[Zoonaute archives] Carnet rose chez les tamarins lions dorés au Zoo de Bâle

Publié le 14 mars 2012

Le Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] est particulièrement heureux de la naissance qui a eu lieu chez les [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] lions dorés, ce 14 février. Castor (17) et Lilian (5) accueillent pour la deuxième fois des jumeaux et gagnent leurs galons de reproducteurs chevronnés. L’année passée, ce couple offrait déjà l’honneur des gros titres au Zoo grâce à la première naissance depuis vingt ans de bébés tamarins lions. Les deux nouveaux arrivants sont en pleine forme.

Cet heureux événement était attendu de longue date, près de 20 années s’étant écoulées depuis la dernière naissance de jeunes tamarins lions dorés à Bâle. Castor, venant de Suède, et Lilian, importée des Pays-Bas, avaient eu leurs premiers petits après une phase de rapprochement d’à peine deux ans, et en exil, la maison des singes se trouvant alors en rénovation. Le couple se sent désormais très à son aise dans la maison des singes fraichement rénovée, comme le prouve la naissance de deux bébés le 14 février de cette année. Fréquentes dans la famille des Callitrichidae, les naissances gémellaires sont la norme chez les tamarins lions.

Les tamarins lions dorés vivent en groupes sociaux pouvant compter jusqu’à dix individus. Le territoire d’un groupe dans son habitat naturel, la forêt tropicale côtière du Brésil, couvre au minimum 4 fois la surface du Zolli. Il est aussi très intéressant de constater que le tissu social est extrêmement variable d’une famille à l’autre. Le schéma le plus répandu est la monogamie (couple à vie), suivi par la polyandrie (une femelle et plusieurs mâles) et la polygynie (un mâle et plusieurs femelles). Pour être efficace, l’éducation des jeunes requiert la participation de tous les membres du groupe. Le père, par exemple, aide activement en portant les jeunes sur son dos.

Ces jeunes en pleine santé sont une nouvelle victoire pour le Zoo de Bâle, dans le cadre de son engagement de plusieurs années en faveur de cette espèce menacée. Il y a vingt ans de cela, un groupe de tamarins lions issu du zoo avait été remis au gouvernement brésilien afin d’être réintroduits. Depuis, 140 institutions participent à un programme international pour les espèces menacées avec environ 500 animaux. La population évoluant dans son habitat naturel connaît heureusement une légère hausse et compte aujourd’hui plus de 1500 individus.

La réintroduction réussie des tamarins lions dorés ne permet pas seulement de sauver une incroyable espèce de petits singes de l’extinction. Ces adorables animaux à la crinière en broussaille ont su gagner les cœurs de nombreuses populations et ont certainement contribué à la mise sous protection de ce qu’il reste aujourd’hui de la précieuse forêt tropicale côtière du Brésil. Il est peu probable que ces jeunes quittent un jour le zoo de Bâle pour gagner le Brésil. Mais ce qui est sûr, c’est qu’ils sont aujourd’hui les parfaits ambassadeurs de leurs congénères du Brésil et qu’ils aident les hommes à prendre conscience, non seulement de la nécessité de protéger la nature, mais aussi de l’importance du respect et du maintien des espaces vitaux et ainsi, de la biodiversité. Le Zoo de Bâle apporte également un soutien financier à ce projet de protection de la nature.
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle
par Yoan
le Mar 26 Mai 2015, 10:47
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] Les siphonostomes exposés pour la première fois au zoo de Bâle
Réponses: 0
Vues: 46

[Zoonaute archives] Les siphonostomes exposés pour la première fois au zoo de Bâle

Publié le 25 avril 2012

Pour la première fois, le vivarium du zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] présente des [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], une espèce spéciale de la famille des syngnathidae. Ces poissons apparentés aux hippocampes étaient jusqu'à présent restés en coulisses, où ils ont déjà fait des dizaines de petits. Les syngnathidae actuellement présentés dans le vivarium proviennent cependant de l'université de Zurich. C'est là que le biologiste de l'évolution Tony Wilson étudie l'évolution des préférences sexuelles sur les syngnathidae. Les syngnathidae sont particulièrement intéressants pour les chercheurs, car ce sont chez ces animaux les mâles qui sont « enceints ».

Les syngnathidae du zoo de Bâle seront visibles pendant quelques semaines dans l'aquarium n° 43. Les yeux attentifs pourront actuellement remarquer quelques mâles gestants: ceux-ci portent, du milieu du ventre vers le dos, une double rangée de minuscules œufs. La parade nuptiale et l'accouplement ont en général lieu tôt le matin ou la nuit, à l'abri des regards curieux des visiteurs. Les syngnathidae sont apparentés aux hippocampes et ressemblent à ces derniers, dans une version plus allongée.

Les syngnathidae mâles tombent enceints
Beaucoup d'animaux envoient à leur partenaire des signaux pour se faire remarquer. Qu'il s'agisse des somptueuses plumes du paon, d'une grande ramure ou d'une danse nuptiale sophistiquée, ce sont la plupart du temps les mâles qui cherchent à impressionner les femelles. Il en va tout autrement chez les syngnathidae, car chez ces animaux, ce sont les mâles qui portent les petits. Les femelles de certaines espèces se parent de façon voyante à l'approche de l'accouplement. Certaines se parent d'un motif zébré lumineux, d'autres d'une sorte de voile qui pousse depuis une nageoire pectorale et avec laquelle elles essaient d'envoûter les mâles.

Les ornements nuptiaux sont signe de santé
Cette inversion des rôles est intéressante pour les biologistes de l'évolution. Car ce qui semble une simple préférence optique pourrait bien avoir une utilité dans l'évolution. Certes, le motif zébré des femelles aguicheuses attire aussi les prédateurs, mais il signale au mâle que la femelle est forte et saine qui peut se permettre un ornement si voyant. Comme les syngnathidae mâles peuvent recueillir les œufs de plusieurs partenaires, les femelles doivent s'imposer
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle
par Yoan
le Dim 24 Mai 2015, 17:15
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] Des nouveaux nés chez les Sakis à face blanche au Zoo de Bâle
Réponses: 0
Vues: 43

[Zoonaute archives] Des nouveaux nés chez les Sakis à face blanche au Zoo de Bâle

Publié le 11 juillet 2012

La mère [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] à face blanche, Mop (13), a donné naissance à son septième bébé le 24 juin. Après quelques débuts difficiles, Mop et Patrick (28) donnent maintenant naissance à un petit chaque année, avec l'aide active de leur progéniture plus âgée.

Lorsque Mop et Patrick se sont rencontrés au Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] en 2003, ils n'ont pas eu de descendance tout de suite. Certes, Mop était enceinte, mais elle donnait naissance à des bébés morts nés. Cela s'est produit deux fois, malgré une césarienne pratiquée par le vétérinaire. Aujourd'hui, tout est rentré dans l'ordre. Le sexe du nouveau membre de la famille n’est pas encore connu, mais vers environ un an son pelage apportera la réponse. Si c'est un mâle, il aura cette couleur noire typique et la face blanche.
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle
par Yoan
le Dim 24 Mai 2015, 17:07
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] C'est un garçon ! Le Zoo de Bâle accueille de nouveau un bébé Rhinocéros indien
Réponses: 0
Vues: 52

[Zoonaute archives] C'est un garçon ! Le Zoo de Bâle accueille de nouveau un bébé Rhinocéros indien

Publié le 12 septembre 2012

Lundi 10 septembre, un [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] indien est venu au monde au Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. La naissance a été très rapide. À 20 h, le soigneur se doutait que cela pouvait aller vite, mais seulement vingt minutes plus tard, le petit plein d'entrain et en bonne santé était là. Il a été baptisé « Jari » (qui signifie « instant » en népalais), en hommage à sa naissance fulgurante. Dès le début, Jari était très robuste, il s'est rapidement mis sur ses quatre pattes et a tété naturellement sa mère Quetta (19).

[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle

Après la naissance de son bébé d'environ 60 kilos, Quetta était très fatiguée et l'épuisement se fait encore sentir aujourd'hui. Afin que la mère et son petit puissent récupérer de la fatigue, le pavillon des rhinocéros est fermé au public pendant quelques jours. Cependant, les visiteurs les plus chanceux peuvent déjà les observer dans l'espace extérieur, lors de leurs premières sorties. L'équipe du Zoo de Bâle est curieux de voir comment Henna (2), la jeune rhinocéros née le 23 juillet 2010 et tante de Jari, réagira à l'arrivée de ce futur camarade de jeu.

Un élevage couronné de succès
Jari est le troisième petit de Quetta et le 33ème Rhinocéros indien à naître au Zoo de Bâle. Le programme d'élevage des Rhinocéros indiens a commencé le 14 septembre 1956 avec la naissance de Rudra, le premier bébé rhinocéros né en captivité et a depuis été un franc succès. En 1972, le zoo a eu l'honneur de tenir le registre d'élevage international des Rhinocéros indiens et depuis 1990, il est chargé de la coordination du Programme européen d'élevage (PEE). Outre Quetta et Jari, le Zoo de Bâle accueille aujourd'hui également la mère de Quetta, Ellora (30), et sa fille Henna (2), ainsi que le mâle rhinocéros Jaffna (18).

Un stand d'informations sur la protection des rhinocéros
À l'état sauvage, les Rhinocéros indiens sont gravement menacés par le braconnage. C'est pour cette raison que le zoo s'engage sur place pour leur protection et reverse une partie des recettes générées par les entrées pour soutenir un projet en Inde. À l'occasion de la Journée mondiale du rhinocéros de cette année, le samedi 22 septembre, le Zoo de Bâle installera un stand d'informations afin d'attirer l'attention sur l'urgence de protéger le rhinocéros. De 10 h à 12 h et de 14 h à 16 h, les soigneurs informeront le public à ce sujet, près de l'espace des rhinocéros.
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle
par Yoan
le Dim 24 Mai 2015, 16:58
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] Au Zoo de Bâle, le petit rhinocéros indien très apprécié des visiteurs pèse 1000 kilos
Réponses: 0
Vues: 52

[Zoonaute archives] Au Zoo de Bâle, le petit rhinocéros indien très apprécié des visiteurs pèse 1000 kilos

Publié le 8 mars 2012

Un regard hardi et une petite bosse sur le nez à la place d'une corne. Henna, la [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] indienne âgée de presque deux ans, est devenue une jeune fille joueuse, pour le plus grand plaisir du public. Grâce à son bon appétit, Henna pèse aujourd'hui mille kilos.

À sa naissance, Henna pesait environ 100 kilogrammes. Aujourd'hui, la jeune rhinocéros pèse une tonne sur la balance. Henna est la star du Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], car elle fait en sorte qu'il y ait toujours de l'animation dans l'enclos des rhinocéros. Elle est reconnaissable à sa patte avant gauche plus claire. Son tempérament effronté fait beaucoup rire les visiteurs du zoo. Elle aime beaucoup jouer avec Quetta, sa demi-sœur aujourd'hui adulte (19) ou montrer ses talents de nageuse dans le bassin. Parfois, les loutres naines poursuivent Henna et lui pincent les pattes. Puis, à son tour elle pourchasse ces pensionnaires importuns.

Henna va à l'école des rhinocéros
Henna est le septième petit d'Ellora (30). Exceptionnellement, sa naissance le 23 juillet 2010 a pu être filmée. La plupart du temps, les animaux sauvages du zoo mettent bas au calme, la nuit, en l'absence des humains. La naissance s'est déroulée sans problème. Dès que Henna s'est remise de la fatigue de la naissance, elle s'est mise à téter sa mère. Une fois plus grande, le soigneur a commencé sa « formation ». À un an, avec beaucoup de patience, de calme et de compliments, il a réussi à ce qu'elle se couche toute seule devant lui. Aujourd'hui, il peut ainsi contrôler ses pattes et ses sabots et si cela s'avérait nécessaire, il pourrait prélever du sang sans anesthésie.

Un élevage de rhinocéros couronné de succès
Henna est le 32e bébé rhinocéros du Zoo de Bâle. Cet élevage couronné de succès a commencé le 14 septembre 1956 avec la naissance de Rudra, le premier bébé rhinocéros né en captivité. Outre Ellora et ses petits, le Zoo de Bâle accueille la grande fille d'Ellora, Quetta, aujourd'hui adulte et le mâle rhinocéros Jaffna (18). Depuis 1972, le zoo tient le registre d'élevage international des rhinocéros et depuis 1990, il est chargé de la coordination du Programme européen d'élevage (EEP), une sorte d'agence de rencontre pour les animaux des zoos. Parce que la consanguinité favorise l'apparition de maladies génétiques et diminue la diversité génétique, l'un des principaux objectifs du EEP est de l'éviter. Afin de former des couples non parents, les liens de parenté et l'arbre généalogique des animaux du EEP sont conservés dans les registres d'élevage.
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle
par Yoan
le Dim 24 Mai 2015, 16:46
 
Rechercher dans: Zoo de Bâle
Sujet: [Zoonaute archives] Une ribambelle de bébés amazoniens au Zoo de Bâle
Réponses: 0
Vues: 46

[Zoonaute archives] Une ribambelle de bébés amazoniens au Zoo de Bâle

Publié le 19 juillet 2012

Actuellement, le vivarium du Zoo de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] connaît une vague exceptionnelle de naissances. Cette année, les [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] d'eau douce ont donné naissance à des petits pour la deuxième fois. Depuis février, quatorze jeunes sont nés ; du jamais vu !

C'est la première fois que le vivarium voit naître autant de raies en l'espace de six mois. Le 9 février, huit bébés raies (cinq mâles et trois femelles) venaient au monde et apercevaient la lumière de l'aquarium, suivis le 28 mai de six autres petits. La deuxième fois, deux bébés mâles et quatre bébés femelles évoluaient dans l'aquarium au petit matin, devant les yeux ébahis des soigneurs.
[Vous devez être [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour voir cette image]
© Zoo de Bâle

Page 1 sur 8 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Sauter vers: